Montréal

Montréal assure la survie du Centre de prévention de la radicalisation

Montréal assure la survie du Centre de prévention de la radicalisation
Photo: Archives MétroRosanie Filato

Le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) vivra une autre année. La Ville de Montréal lui accorde une aide financière de 975 000$ pour assurer son fonctionnement pour 2019-2020.

La subvention s’inscrit dans le processus de révision de la mission et de la structure de l’organisme.

Pour Rosannie Filato, responsable de la Sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal, l’objectif du CPRMV «sera désormais de miser sur des interventions ciblées et personnalisées pour les personnes à risque et leur entourage, soit celles qui n’iront pas forcément vers les institutions traditionnelles».

Le Centre traverse une période trouble depuis quelques temps. Montréal et le gouvernement de Québec ont ainsi nommé une administration provisoire en mars dernier. C’est elle qui mène les travaux de révision du mandat du CPRMV, tout en poursuivant ses activités. Le processus devrait s’achever dans les prochaines semaines.

Pour Rosannie Filato, cette transition s’avère «très satisfaisante».

Gestion critiquée

Herman Deparice-Okomba, qui dirigeait le Centre jusqu’à récemment, a été démis de ses fonctions après les conclusions d’un audit sur la gestion du CPRMV du Contrôleur général de la Ville. Une majorité de membres du conseil d’administration de l’époque a ensuite démissionné.

Une fois la nouvelle direction mise en place, le Centre devra notamment répondre «aux besoins d’information, de soutien et d’accompagnement des personnes et des communautés locales, en favorisant une approche souple, agile et indépendante. Et c’est cette approche en amont qui le rendra unique dans le milieu», précise Rosannie Filato. Elle réitère d’ailleurs toute sa confiance envers le CPRMV.

Plus tôt dans l’année, la Ville avait déjà soutenu le Centre de prévention de la radicalisation en lui octroyant une première aide de 225 000$.

Le budget annuel du Centre fondé en 2015 s’élève à près de 2M$. Il est assumé par la Ville de Montréal et le ministère de la Sécurité publique. Le gouvernement fédéral ne participe, quant à lui, que de manière épisodique à son financement.