Montréal

Proches aidants: une première Maison Gilles-Carle à Montréal

Proches aidants: une première Maison Gilles-Carle à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroMarguerite Blais

La première Maison Gilles-Carle de Montréal ouvrira le mois prochain. Elle offrira des services d’hébergement temporaires et des soins aux aînés qui sont épaulés par des proches aidants.

L’annonce a eu lieu vendredi dans un complexe en construction sur la rue Jean-Talon Ouest, dans le quartier Côte-des-Neiges. La maison de répit y sera aménagée d’ici la fin novembre. Le Centre Évasion, un organisme impliqué depuis 15 ans dans l’aide aux proches aidants et aux aînés, aura les responsabilités de gestion.

La nouvelle Maison Gilles-Carle, quatrième en son genre au Québec, comptera d’abord 11 lits. L’endroit offrira des services d’hébergement temporaires aux personnes malades ou en perte d’autonomie. Du soutien psychosocial, des conférences et des ateliers seront aussi offerts aux proches aidants qui les accompagnent.

«On va viser plus loin. On va miser sur le développement de 22 lits», a indiqué la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais. Cette dernière n’a toutefois pas donné d’échéancier à cet effet.

Financement

Le gouvernement du Québec a accordé en janvier un montant de 200 000$ à la Fondation Gilles-Carles. La maison de répit qui verra le jour dans Côte-des-Neiges est aussi financée en partie par un donateur privé.

La ministre Blais s’est d’ailleurs félicitée d’être en voie d’atteindre la cible fixée par son gouvernement de soutenir la création de huit Maisons Gilles-Carle dans un premier mandat.

«Ça fait partie de notre société et ça fait partie de notre rôle en tant que gouvernement d’encourager et d’appuyer ce type d’initiatives», a quant à elle souligné la ministre responsable de la région métropolitaine, Chantal Rouleau. 

La ministre Blais devrait dévoiler l’automne prochain la première politique nationale québécoise sur les proches aidants. Dans son premier budget, le gouvernement Legault a prévu 105 M$ pour les aidants naturels.

«Boule de neige»

La conférence a d’ailleurs eu lieu en présence de la porte-parole de la Fondation Maison Gilles-Carle, Chloé Sainte-Marie. Cette dernière a pris soin du cinéaste Gilles Carle jusqu’à sa mort en 2009.

«Comme il aurait été extraordinaire à l’époque de venir ici pour s’installer», a soulevé Mme Sainte-Marie. La chanteuse a dû affronter des moments difficiles pendant les années où elle s’est occupée de M. Carle, qui a souffert de la maladie de parkinson.

«Enfin, notre rêve commun à Gilles et à moi se réalise, 20 ans plus tard», a-t-elle évoqué. 

Mme Sainte-Marie, tout sourire, s’est d’ailleurs montrée confiante que plusieurs autres verront le jour dans la région.

«On sent déjà que la maison Gilles-Carle de Côte-des-Neiges va faire boule de neige dans le Grand Montréal. Ça, ça veut dire qu’il va y en avoir d’autres», a-t-elle lancé.

La Fondation Gilles-Carle a inauguré en 2012 à Cowansville sa première maison de répit.