Montréal
11:35 22 octobre 2019 | mise à jour le: 22 octobre 2019 à 13:57 temps de lecture: 3 minutes

Valérie Plante rabrouée pour avoir bêlé comme un mouton

Valérie Plante rabrouée pour avoir bêlé comme un mouton
Photo: Paul Chiasson/La Presse canadienneLa mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La mairesse de Montréal Valérie Plante s’est vu reprocher, mardi, d’utiliser des techniques non-parlementaires à l’égard du parti d’opposition Ensemble Montréal. La mairesse a produit le son du mouton pour décrire l’attitude des élus de l’opposition, surtout pendant le règne de Denis Coderre.

«Je pense que la logique de l’autre côté, et on l’a vu avec l’ancien mandat, c’était un one-man show, a-t-elle dit en parlant de son prédécesseur et de son équipe. C’était quelqu’un qui décidait, c’est un monsieur qui disait que c’est de même que ça se passe. Tout le monde suit, bêê», a-t-elle lancé, provoquant des rires de plusieurs élus de son parti dans la salle.

La chef de Projet Montréal répondait ainsi à une question de l’élue de l’opposition Chantal Rossi, lors de la période d’échange des élus en matinée.

Cette dernière a condamné le fait que la conseillère du Vieux-Rosemont, Christine Gosselin, avait soutenu le groupe Extinction Rebellion lors de son ascension du pont Jacques-Cartier, au début octobre, entre autres en «encourageant la désobéissance civile» en matière d’environnement.

«Je considère qu’un parti politique, c’est l’ensemble de plusieurs personnes avec différentes opinions, ce qui représente également ce qu’on pourrait voir dans la population. Le plus important, c’est que la chef se positionne clairement, ce que j’ai fait», avait d’abord justifié Valérie Plante pour se porter à la défense de Christine Gosselin.

Une position «irrespectueuse» de Valérie Plante

Appelée à réagir, Chantal Rossi était en furie, mardi. «Elle nous traite d’animal, de mouton. Je trouve ça très insultant et surtout pas du tout digne d’une mairesse», a-t-elle déploré.

«Je n’ai pas à me faire traiter d’animal par qui que ce soit.» -L’élue de l’opposition, Chantal Rossi

Elle réclame d’ailleurs des excuses de la mairesse rapidement. «On se sent atteints dans ce que nous sommes. On s’est dotés d’un code en siégeant comme élus pour avoir des propos et des agissements respectueux, et ça ce n’en était pas un», s’est-elle indignée.

 «Débattre autrement»

Pour la présidente du conseil municipal, Cathy Wong, il est vrai que les élus ont «un devoir d’être exemplaires» dans les propos qu’ils utilisent en chambre.

«Il faut éviter les attaques personnelles, a-t-elle tranché mardi en chambre. Malheureusement, les sons d’animaux ne sont pas considérés comme étant parlementaires. On peut en débattre si vous le souhaitez, mais c’est vrai qu’on ne peut pas aller dans ces eaux-là.»

Mme Wong a invité les élus à faire preuve de davantage de discipline dans le futur.

«Tous et toutes sommes capables de débattre autrement, et de faire passer nos points autrement», a-t-elle illustré.

Articles similaires