Montréal

Royalmount: pas de logements sociaux dans les plans

Royalmount, dans Ville Mont-Royal
Le chantier du projet Royalmount, dans Ville Mont-Royal, est sur pause. Photo: Pablo Ortiz/Métro

Après avoir essuyé de nombreuses critiques, le promoteur Carbonleo a apporté plusieurs changements à Royalmount: moins de logements, moins de salles de spectacles, moins de locaux commerciaux. 

Si entre 5 000 et 7 000 logements étaient prévus, l’offre se situera plutôt à 4 500. Les logements sociaux ne sont pas dans les plans de l’entreprise pour le moment.

«À ce stade-ci, [pour] le logement social, on a fait des études de marchés résidentiels. C’est clair qu’il y a beaucoup d’offres au niveau de Blue Bonnets, du Triangle, de Royalmount. On veut s’assurer d’avoir une offre complémentaire à l’offre résidentielle», dit le vice-président de Carbonleo, Claude Marcotte.

S’installant dans Ville Mont-Royal, à l’angle des autoroutes 15 et 40, à la frontière de l’arrondissement Saint-Laurent, le promoteur n’est pas assujetti au règlement montréalais obligeant les grands projets résidents à inclure 20% de logements sociaux, 20% de logements abordables et 20% de logements familiaux.

La mairesse de Montréal est catégorique: «C’est inacceptable, a-t-elle déclaré. Tous les promoteurs immobiliers doivent contribuer d’une façon ou d’une autre à du logement social.»

Carbonleo dit avoir également réduit l’«empreinte commerciale» de 30% du mégaprojet.

Par ailleurs, alors que deux salles de spectacles intérieures et une scène extérieure étaient prévues, les citoyens pourront compter sur une seule salle multifonctionnelle.

«Bien qu’à l’intérieur du site, on peut voir des améliorations intéressantes, à l’extérieur, il faut se poser la question que la mobilité va quand même être réduite» – Pierre Avignon, porte-parole de l’organisme «Royalement contre Royalmount»

Congestion

La Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation mise sur pied par la mairesse Valérie Plante avait soumis une dizaine de recommandations pour assurer l’acceptabilité sociale du projet immobilier.

Elle mentionnait que plus de 140 000 déplacements supplémentaires quotidiens pourraient s’ajouter sur le réseau routier environnant.

Pour répondre à cette problématique, l’entreprise travaille pour le moment avec l’ensemble des paliers gouvernementaux pour réaménager l’avenue Royalmount et élargir le chemin de la Côte-de-Liesse. Des bretelles aux autoroutes 520 Ouest et 40 Est seraient ajoutées.

«C’est un investissement 100% privé. On n’embarquerait pas dans ce type de projet si on n’était pas convaincu que la circulation ne sera pas meilleure sinon équivalente que les conditions existantes», dit M. Marcotte.

Ce n’est toutefois rien pour rassurer la mairesse. «Tant que je ne verrai pas une pépine en train de creuser le prolongement de la ligne orange et qu’il n’y aura pas de solutions concrètes pour les autoroutes 15 et 40, comme le rapport de Florence Junca-Adenot le mentionne, je ne peux pas me réjouir de l’arrivée de ce projet-là», martèle Mme Plante.

Les nouvelles mesures annoncées par le promoteur seraient au détriment des citoyens qui passent à cet endroit sans y résider, selon la députée de Québec solidaire dans Mercier Ruba Ghazal. Le parti avait réclamé un moratoire sur Royalmount. «Il faut qu’il y ait plus de choses qui soient mises en place pour désenclaver le secteur», dit Mme Ghazal.

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau, considère pour sa part que le promoteur a «tenu compte» des recommandations qui ont été faites, notamment en matière de mobilité.  «Il a été à l’écoute», a-t-elle mentionné lors d’une conférence au centre-ville de Montréal.

Un système de navettes électriques vers le REM et l’aéroport sera d’ailleurs disponible pour les usagers. Également, le réseau cyclable qui s’arrête à la voie ferrée en dessous de l’A40 atteindra l’arrondissement Saint-Laurent.

Dans la dernière année, Carbonleo a procédé à une démarche de participation publique en cinq volets, allant de rencontres individuelles, à une table ronde, à des chantiers de réflexion et trois activités de réflexion. Pas moins de 2000 citoyens ont été rencontrés.

L’offre résidentielle et culturelle, le design urbain, l’implantation d’un cité-jardin verticale ont entre autres été discutés.

Le projet Royalmount pourrait être éventuellement carboneutre, a ajouté le président et chef de la direction à Carbonleo Andrew Lutfy.

La première phase de Royalmount sera inaugurée en 2022 et aucun retard ne serait relevé dans les travaux, selon le promoteur.

Constats du sondage CROP mené par Carbonleo:

  • 66% des répondants connaissent peu ou pas le projet
  • 60% en faveur du projet
  • 22% en défaveur
  • 62% pensent que la facette rend le projet meilleur

D’autres chiffres

  • Un projet de 7G$, initialement évalué à 2 G$
  • Au moins 5 hôtels
  • Une quinzaine de tours résidentielles
  • 500 000 arbres, plantes
  • 94 000 nouveaux déplacements, dont près de 60% en voiture

Avec la collaboration de Zacharie Goudreault

Articles récents du même sujet