CDN – NDG & Westmount
15:25 6 mars 2020 | mise à jour le: 8 mars 2020 à 21:23 temps de lecture: 4 minutes

Théâtre Empress: un nouveau projet envisagé avec du logement abordable

Théâtre Empress: un nouveau projet envisagé avec du logement abordable
Photo: Archives MétroLe Théâtre Empress a été construit en 1927. Conçu par l'architecte Alcide Chaussé, il est l'un des cinq théâtres de style Art Déco au pays.

Un mandat sera confié la semaine prochaine à la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) pour entamer une «revalorisation» du théâtre Empress, qui fait l’objet de discussions depuis plus de 25 ans dans Notre-Dame-de-Grâce. Les priorités de la Ville dans ce dossier – une consultation doit se tenir en avril –, seraient de maintenir l’offre culturelle dans le quartier, tout en y ajoutant des commerces et des logements abordables.

«Les gens attendent depuis des décennies que cet endroit retrouve une beauté et une fonction. Plusieurs résidents ont très hâte à son redéveloppement», explique à Métro la conseillère dans le district de Côte-des-Neiges, Madga Popeanu.

Celle qui est aussi vice-présidente du comité exécutif de la Ville affirme qu’un «ambitieux projet» sera développé sur le site pour préserver son esprit culturel et communautaire, en plus d’y ajouter des commerces locaux et des unités de logement social ou abordable.

Pas complètement écartée, la démolition du bâtiment en lui-même ne serait toutefois pas dans les plans, pour le moment.

«Une démolition, c’est la dernière chose qu’on souhaite pour le Théâtre Empress, tonne l’élue municipale. On est très sensibles aux questions de patrimoine. Pour l’instant, on souhaite conserver le plus possible du bâtiment actuel.»

Des priorités, des enjeux

Selon nos informations, la Ville chercherait surtout à éviter qu’une situation similaire à celle du théâtre Snowdon se reproduise. Vendu en 2018, le bâtiment du boulevard Décarie – qui était vacant depuis près de cinq ans – avait été vendu pour 1,6 M$ à un promoteur privé, qui y a depuis érigé des condos.

«On est persuadés que la solution passe par un projet mixte. Surtout avec un partenaire comme la SHDM qui a les reins assez solides pour nous aider. Il faut que ça bouge.» -Madga Popeanu

Plusieurs études de structure et de faisabilité sont déjà en cours pour évaluer quelles sont les possibilités au niveau de la conservation du bâtiment, en collaboration avec l’arrondissement et le Bureau du patrimoine de la Ville de Montréal. La détérioration de l’édifice demeure un enjeu majeur, en matière de sécurité notamment.

Des besoins criants de logement, dit la SHDM

Appelée à réagir, la directrice générale de la SHDM, Nancy Shoiry, abonde relativement dans le même sens. «La démolition n’est pas ce qu’on veut nécessairement mettre de l’avant. On veut surtout définir le meilleur projet, avance-t-elle. C’est un bâtiment important pour la communauté, donc tout ça est à définir encore.»

La façade avant du bâtiment, qui se situe sur une artère commerciale et publique, se prête d’ailleurs très bien avec «l’usage communautaire actuel» pour lequel milite justement la société d’habitation. «Notre mission comme OBNL est de faire de l’immobilier responsable. Quand on fait des projets, il faut qu’il y ait une viabilité à long terme», dit Mme Shoiry.

À Montréal, la SHDM possède environ 350 terrains, tantôt résidentiels, tantôt institutionnels ou culturels.

Celle-ci envisage également une «vocation culturelle et sociale» importante au projet. Si elle refuse pour le moment de dévoiler le nombre de logements sociaux ou abordables qui pourraient y être construits, la SHDM ne se fait pas d’illusion.

«Le besoin d’offre de logements est très important dans ce secteur-là», avoue la directrice, assurant toutefois n’en être qu’à une étape «d’évaluation des enjeux.»

L’avenir du Théâtre Empress fait l’objet de vifs débats depuis plusieurs années. Montréal se dit toutefois convaincue que cette fois sera la bonne pour redonner ses lettres de noblesse à l’institution culturelle.

Articles similaires