Montréal
18:00 2 juillet 2020 | mise à jour le: 2 juillet 2020 à 18:22 temps de lecture: 3 minutes

Tollé contre le règlement du parc locatif de Verdun

Tollé contre le règlement du parc locatif de Verdun
Photo: ArchivesLogements à Verdun

La grogne suscitée par l’intention de changer le règlement protégeant le parc locatif de Verdun a forcé l’administration locale à faire marche arrière. Une consultation publique est prévue pour en modifier certains aspects.

L’avis de motion déposé le mois dernier proposant notamment l’interdiction de fusionner deux logements a mené à une centaine d’interventions au dernier conseil, présenté virtuellement mardi. La situation urgente liée au taux d’inoccupation sur le territoire nécessite des mesures qui doivent être applicables rapidement selon certains.

Des familles ont expliqué leur situation personnelle et leur intention de quitter l’arrondissement si rien n’est modifié. Plusieurs, qui prévoyaient avoir d’autres enfants, ont fait part de leur détresse puisqu’il leur serait impossible de racheter un logement de leur triplex ou de leur quadruplex.

«Si vous maintenez votre position ce soir, vous transformerez notre projet de conversion de triplex en bigénérationnel en exode d’une famille de bientôt 4 enfants vers la banlieue», a laissé savoir le citoyen Jonathan Boulay lors de la séance diffusée en direct.

Alors que le nouveau règlement a été voté à l’unanimité, le maire de Verdun, Jean-François Parenteau, a annoncé que des aspects seront assurément modifiés.

Pour l’instant, seuls les projets conformes aux nouvelles règles peuvent aller de l’avant. Tous ceux dont les demandes de permis sont en cours ou pour lesquels il manque des documents sont en suspens.

Rénovictions

Les élus ont le même objectif, soit de contrer les rénovictions ainsi que de maintenir un parc locatif et une mixité sociale à Verdun. Or, ils ne semblent pas tous d’accord sur les mesures à prendre pour y arriver.

L’heure est grave à Verdun selon le conseiller Luc Gagnon, et il faut agir en conséquence. «Si le taux d’inoccupation était à 4% ou 5%, nous n’aurions rien à faire parce que le nombre d’appartements serait suffisant et les prix s’équilibreraient normalement», dit-il, soulignant que les restrictions pourraient être levées dès que les taux d’occupation seraient suffisants.

En attendant, le maire Parenteau préfère un moratoire jusqu’à ce que les rassemblements de 250 personnes soient autorisés. Il pourra alors tenir une consultation publique en bonne et due forme.

«Ce qui me fâchait le plus dans le règlement, c’est qu’en plus de léser des familles de bonne foi, qui ont des projets de vie, on [n’aidait pas] les familles dans des situations plus précaires.» -Jean-François Parenteau, maire de Verdun.

Il espère que ce sera le cas d’ici la fin juillet. Sinon, il prévoit faire plusieurs séances avec un public de 50 personnes, comme cela est autorisé actuellement.

En raison de la pandémie, grâce à un arrêté ministériel, le conseil pouvait tenir ses consultations par écrit durant 15 jours, mais il en a décidé autrement. À cause du tollé, l’arrondissement attendra avant d’entendre les préoccupations de la population.

Une invitation sera lancée aussitôt les modalités connues.

Le vote final du règlement devrait avoir lieu en octobre.

0,2%

À Verdun, le taux d’inoccupation est de 0,2% sur la terre ferme et de 0% à L’Île-des-Sœurs.

Articles similaires