Montréal
17:00 22 septembre 2020 | mise à jour le: 23 septembre 2020 à 12:11 temps de lecture: 4 minutes

Partielle de Saint-Léonard: une décision en octobre

Partielle de Saint-Léonard: une décision en octobre
Photo: ArchivesEnsemble Montréal déposera une motion lors du prochain conseil municipal pour demander au gouvernement de tenir une élection partielle dans Saint-Léonard Est. Le district n’est plus représenté à l’hôtel de ville depuis presque un an.

En contexte de pandémie, l’élection partielle dans Saint-Léonard doit-elle être tenue ou reportée? Cette question martelée par l’opposition officielle à l’hôtel de Ville de Montréal ne sera finalement pas tranchée avant le mois d’octobre, a décidé l’administration de la mairesse Valérie Plante.

Comme il l’avait déjà annoncé il y a près de deux semaines, le parti Ensemble Montréal a présenté une motion au conseil municipal pour réclamer la tenue d’une élection partielle dans le district de Saint-Léonard Est, sans représentant au conseil municipal depuis presque un an.

Or, un amendement proposé par Projet Montréal, le parti qui détient la mairie et la majorité au conseil municipal, stipule que la Ville surveillera la propagation actuelle de la pandémie avant de décider si elle doit aller de l’avant ou non avec la partielle. Aucune décision ne sera prise avant la séance du conseil du mois d’octobre.

«[Ça] en dit long sur la vision qu’à l’administration de la démocratie locale et des électeurs. Si on utilise la peur de la pandémie comme une excuse pour tout annuler, c’est là qu’on commence à effriter nos droits fondamentaux», s’est scandalisé Lionel Perez, chef de l’opposition, en séance du conseil.

Les membres d’Ensemble Montréal, minoritaires à l’hôtel de ville, s’indignent que Projet Montréal ait dénaturé leur motion, et ont voté en bloc contre celle-ci. Elle a malgré tout été adoptée par la majorité.

Santé publique

«Je pense que c’est la moindre des choses, comme législateur, qu’on s’assure de la sécurité de notre population avant de demander un processus électoral. Suivre les recommandations de la Santé publique et du gouvernement ne vient pas dénaturer la revendication de tenir l’élection», a pour sa part souligné François Limoge, de Projet Montréal.

Pourtant, les municipalités ont déjà obtenu le feu vert de la part de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest. En août, cette dernière avait autorisé la reprise des élections partielles à partir du mois d’octobre.

D’ailleurs, à Montréal, les élections au sein des commissions scolaires anglophones sont déjà prévues pour le 1er novembre.

À la Direction régionale de la Santé publique de Montréal, on indique se ranger derrière les directives que le ministère a déjà données.

Pour M. Perez, ce sont des indicateurs que la partielle de Saint-Léonard devrait également avoir lieu.

«Au pire, le gouvernement va faire comme en mars et les annuler. Ce n’est pas à l’administration de substituer son choix à celui du gouvernement. On ne peut pas ignorer la réalité qu’à Saint-Léonard, les résultats électoraux de l’administration actuelle ne sont pas au rendez-vous.»

Le poste de conseiller de la Ville du district Est de Saint-Léonard est vacant depuis la démission de Patricia Lattanzio, élue à la Chambre des communes en octobre 2019. Une élection partielle devait avoir lieu le 15 mars, mais a été annulée en raison de la pandémie.

Relativiser

Pour Danielle Pilette, professeure à l’UQAM au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, et spécialiste des questions municipales, la tenue d’une élection partielle serait plutôt futile.

«Ça arrange bien le parti à l’hôtel de ville. Mais dans le contexte actuel, une élection serait difficile à justifier. Ça ne changerait pas grand-chose, il n’y a pas une lutte serrée à l’arrondissement entre les deux partis. La balance du pouvoir est déjà claire», explique-t-elle.

Elle rappelle en outre que le ministère avait donné ses consignes avant que Montréal soit déclarée zone orange, et qu’il y a une concentration de l’épidémie dans le nord-est de la ville, où se trouve Saint-Léonard.

«Le ministère peut arriver en tout temps pour les annuler. Ce seront la ville et l’arrondissement qui seront critiqués pour avoir enclenché le processus pour rien, et pour les frais inutiles qui y sont liés.»

Enfin, elle souligne que les élections municipales auront lieu en novembre 2021, dans un peu plus d’un an, et que la partielle, dans le contexte actuel, serait difficile à justifier.

Articles similaires