Mercier & Anjou
12:48 16 novembre 2020 | mise à jour le: 16 novembre 2020 à 12:48 temps de lecture: 4 minutes

Pneus d’hiver: course contre la montre

Pneus d’hiver: course contre la montre
Photo: ArchivesEn 2019, le gouvernement avait fixé au 1er décembre la date limite pour faire installer les pneus d’hiver.

La date limite pour faire installer les pneus d’hiver sur les voitures, fixée au 1er décembre, approche à grande vitesse. Particularité de cette année, la pandémie cause des bouleversements dans les garages.

«Depuis la fin septembre, on incite les gens à appeler le plus tôt possible pour prendre rendez-vous avec un garage. Si ce n’est déjà fait, il faut le faire maintenant. Ça peut prendre 2-3 garages avant d’avoir un rendez-vous. La demande est plus élevée cette année», constate Nicolas Ryan, porte-parole de CAA-Québec.

«On recommande de changer les pneus bien avant le 1er décembre. Ce qu’il faut regarder, c’est la température. On devrait commencer à le faire lorsque le mercure atteint 7o pendant quelques jours consécutifs.» – Nicolas Ryan, porte-parole de CAA-Québec

Pour lui, deux facteurs sont présentement en cause. La fermeture des frontières fait en sorte que les «snowbirds» doivent rester au Québec cette année, et qu’ils auront donc besoin de faire installer des pneus d’hiver.

De même, il estime qu’un plus grand nombre de personnes ont fait le choix au printemps de ne pas faire installer leurs pneus d’été, et qu’en raison de l’usure, ils devront s’acheter de nouveaux pneus d’hiver.

À une plus grande demande, s’ajoutent également des circonstances qui font en sorte que les garages ne peuvent être aussi efficaces.

«On voit une pénurie de main-d’œuvre dans certains ateliers. Avec les mesures sanitaires que les garages doivent appliquer, ça fait en sorte qu’ils ne peuvent pas répondre à autant de demandes. Ça met beaucoup de pression sur eux», croit M. Ryan.

Bien que la production de pneus ait été interrompue dans certaines usines en raison de la pandémie, il ne devrait cependant pas y avoir de pénurie pour les retardataires.

«L’approvisionnement paraît un peu plus difficile. Certaines marques spécifiques sont parties assez vite et auront peut-être moins de stock, mais il devrait y avoir des pneus d’hiver pour tout le monde», remarque M. Ryan.

Des garages face à la demande

L’engouement inhabituel est également observé dans des garages de l’est de Montréal.

«On a dû reporter certaines réparations qui prennent plus de temps. On a aussi engagé un autre mécanicien et on a commencé à ouvrir le samedi pour essayer de répondre à la demande», explique Wilson Jean Paul, gérant du garage Pam’m, situé sur Pie-IX.

Malgré ce plus grand achalandage, son garage accepte encore les rendez-vous.

Selon ce qu’il constate, la plus grande demande s’explique également par un grand nombre de personnes ayant délaissé les transports en commun pour la voiture en raison de la crise.

Sur Beaubien, Ok Pneus peine également à répondre à la plus grande demande.

«On est débordé, on n’arrive pas à servir tout le monde. Cette année, on reçoit le double de notre clientèle habituelle», note Monique, réceptionniste au garage.

En plus des facteurs déjà mentionnés, elle explique que deux autres garages situés près du sien ont fermé leur porte dans la dernière année, ce qui a également pu amener davantage de clients.

Sur Sherbrooke, Johnny, au garage Pneus Anjou, estime que le délai actuel est d’au moins une semaine entre la prise de rendez-vous et le service.

«La plupart de mes clients ont été prévoyants et on fait poser leurs pneus en avance, donc on a encore de la place. On va aussi ouvrir les samedis», mentionne-t-il.

Articles similaires