Montréal
16:24 28 décembre 2020 | mise à jour le: 28 décembre 2020 à 16:24 temps de lecture: 4 minutes

Presque deux fois plus d’incendies en 2020

Presque deux fois plus d’incendies en 2020
Photo: Gracieuseté - Félix O. J. FournierLa première cause d’incendie dans les bâtiments résidentiels à Montréal sont les feux de cuisson.

La dernière année aura été occupée pour les pompiers montréalais, qui ont dû combattre presque deux fois plus de feu dans des bâtiments résidentiels qu’en 2019. En plein cœur du temps des Fêtes, le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) tient à sensibiliser la population aux risques d’incendie dans les domiciles.

«Chaque année on répète les mêmes consignes pour s’assurer que les gens portent une attention particulière aux risques qu’on retrouve dans cette période-là de l’année», rappelle la chef de section à la prévention du SIM, Louise Desrosiers.

Lumières décoratives, feu de cuisson, bougies, sapin de Noël naturel ou artificiel font tous augmenter le risque d’incendie durant le temps des Fêtes. La distraction est le plus grand danger selon Mme Desrosiers.

Laisser le four allumé par inadvertance, omettre d’éteindre une chandelle quand on quitte la pièce, ne pas débrancher les lumières de Noël durant la nuit ou encore fumer à l’intérieur avec les facultés affaiblies parce qu’il fait trop froid dehors sont les principaux faux pas qui peuvent mener à un feu.

«Les années précédentes, on avait plus de potentiel de distraction durant le temps des Fêtes. Cette année, en raison de la Covid, ça ne devrait pas être le cas», pondère toutefois Mme Desrosiers.

Hausse marquée

Alors que la fin de l’année approche, le SIM avance avoir combattu 149 brasiers dans des bâtiments résidentiels, une hausse de 66 par rapport à 2019 qui avait vu 83 incendies dans en domicile.

«Cette année c’est plus particulier, on a beaucoup plus de gens à la maison et en télétravail. Ils ont dû parfois travailler et surveiller les enfants même temps. On a aussi cuisiné davantage à la maison», analyse Mme Desrosiers, qui rappelle du même souffle que la première cause d’incendie à Montréal est les feux de cuisson.

Une autre explication pour cette hausse est que la pandémie a amené les gens à être plus préoccupés, ce qui en soit est une distraction selon la chef de section à la prévention. «On est occupé et aussi préoccupé, il faut être vigilant quant à toutes les distractions possibles», prévient-elle.

«Il est très important de s’assurer qu’on a des avertisseurs à chaque étage de notre logis. Si on dort avec la porte fermée, installez-en dans la chambre à coucher.»

Louise Desrosiers, chef de section à la prévention du SIM

Évidemment, pour réduire les risques d’incendie, il est bien important de vérifier que l’avertisseur de fumée est bien installé et fonctionnel. En 2019, une nouvelle loi a été adoptée pour obliger les propriétaires à se munir d’un avertisseur de fumée avec pile inamovible au lithium longue durée de 10 ans.

Collecte de dons

Comme le veut la coutume, durant la période des fêtes le SIM et l’Association des pompiers de Montréal (APM) organisent une collecte de Noël pour des familles dans le besoin.

Cette année 48 000 $ ont été récoltés. À ce montant s’ajoute la somme de 30 000 $ du Mouvement Desjardins qui avait promis de cotiser si la collecte atteignait 25 000$. L’argent amassé sera redistribué en carte-cadeau par la Société Saint-Vincent-de-Paul. En plus, le SIM et l’APM s’engagent à donner 2000 paniers de Noël aux personnes dans le besoin sur le territoire de l’île de Montréal.

Probablement en raison de l’interdiction de récolter les dons en personne et de la difficile année sur le plan de l’économie, les dons sont beaucoup plus modestes cette année, alors que le SIM et l’APM étaient habitués à recueillir autour de 300 000 $.

Articles similaires