Montréal
13:39 25 mars 2021 | mise à jour le: 25 mars 2021 à 13:48 temps de lecture: 6 minutes

Le PPU pour sortir la rue Jean-Talon Est du déclin

Le PPU pour sortir la rue Jean-Talon Est du déclin
Photo: Frédéric Hountondji/Métro MédiaL'arrondissement de Saint-Léonard soumet le PPU à ses citoyens afin de freiner l’effritement de l’activité économique de la rue Jean-Talon Est.

Commerces et restaurants fermés, commerces à exproprier, bâtiments abandonnés, architecture disparate, circulation et stationnement problématiques…C’est le décor que présente la rue Jean-Talon Est dans l’arrondissement de Saint-Léonard. Après quelques vaines initiatives pour freiner le lent déclin de l’artère, l’administration locale suggère un Plan particulier d’urbanisme Jean-Talon Est (PPU) dans le contexte du prolongement de la ligne bleue du métro.

Le document est sensé régir le développement du secteur, notamment autour des futures stations de métro et permettra d’encadrer les constructions, les redéveloppements et les transformations des lieux dans leur ensemble. Dominic Perri, conseiller du district de Saint-Léonard-Ouest, a spécifié que le plan ne concerne pas seulement les commerçants de Jean-Talon, mais touche aussi les personnes vivant autour de l’artère.

Les orientations assignées au PPU consistent, entre autres, à stimuler les activités sur la rue Jean-Talon Est et à en changer l’aspect dans une approche de mobilité et de développement durable.

Planifier le réaménagement de la rue Jean-Talon Est entre les boulevards Pie-IX et Viau, ainsi que les emplacements pour les usages communautaires et/ou culturels, assurer la présence commerciale au rez-de-chaussée et favoriser la consolidation du tissu urbain autour des édicules de métro…sont quelques-uns des objectifs du programme.

Sera aussi réduit au profit des transports actifs et collectifs, l’espace occupé par l’automobile.

La revitalisation des bâtiments vétustes et des terrains sous-utilisés préoccupe également les élus. On parle aussi de contrôler l’intégration architecturale ainsi que l’esthétisme des bâtiments et des aménagements visibles de la voie publique.

Trois secteurs à redévelopper

Les zones d’intervention du plan sont: de la 24e avenue au boulevard Viau; du boulevard Viau au boulevard Lacordaire; du boulevard Lacordaire au boulevard Langelier. Les secteurs de redéveloppement et de revitalisation urbaine retenus sont donc: premier secteur Pie IX-Viau, deuxième secteur Viau-Lacordaire et troisième secteur Lacordaire-Langelier.

Au niveau de Pie IX-Viau, le plan prévoit essentiellement, pour les usages et densités d’occupation du sol, un mixte de haute intensité avec des habitations, des commerces, des bureaux, des équipements collectifs ou des institutions de huit à quatorze étages.

Il y a aussi le mixte de moyenne à haute densité comprenant des édifices entre six et dix étages, alors que celui de moyenne densité va de quatre à six étages.

Par ailleurs, le PPU suggère un résidentiel de moyenne densité de quatre à six étages et un résidentiel de faible à moyenne densité de trois à quatre étages. Deux à trois étages constituent le résidentiel de faible densité.

On envisage également dans le secteur, le réaménagement de la rue en vue d’une amélioration de la mobilité active, d’une intersection et d’une nouvelle trame urbaine compacte. Il est prévu des mesures de verdissement ainsi qu’une offre de parcs et d’équipements.

Pour le secteur Viau-Lacordaire, les usages et densités d’occupation du sol sont sensiblement les mêmes que dans Pie IX-Viau. Notons, toutefois qu’il y a ici des secteurs de faible densité de deux à trois étages à revitaliser.

Trottoirs, placettes et réseau cyclable

L’élargissement des trottoirs et l’aménagement de placettes appelées «corsos» sont envisagés. Le but est de créer des espaces de rassemblement conviviaux.

À cela s’ajoute la construction d’un réseau cyclable reliant les principaux équipements collectifs et institutions publiques aux stations de métro et au Réseau Express Vélo.

Quant au secteur Lacordaire-Langelier, le plan propose un aménagement urbain de moyenne à haute densité avec des habitations, commerces, bureaux, équipements collectifs ou institutions de six à 10 étages. Le mixte de moyenne densité comprend entre quatre et six étages. À l’instar de Viau-Lacordaire, on retrouve dans ce secteur du mixte de faible densité de deux à trois étages à revitaliser.

Sur un autre plan, des intersections névralgiques sont conçues entre le boulevard Langelier et Jean-Talon, sur le boulevard Lacordaire au niveau du parc Ladauversière ainsi que sur la rue Valdombre. L’ élargissement des trottoirs, l’intégration de corsos, le prolongement du réseau cyclable et l’installation de liens piétonniers et cyclables font partie des idées avancées.

Prolongement ligne bleue

Rappelons que l’arrondissement de Saint-Léonard a dû retarder l’exécution de son plan de revitalisation de l’artère pour pouvoir l’arrimer aux travaux de prolongement de la ligne bleue du métro. L’annonce d’un nouveau retard d’au moins 18 mois qu’accuseraient ces derniers suscite des interrogations à Saint-Léonard.

M. Perri a interpellé la mairesse de Montréal sur les actions qu’elle pensait mener pour que le prolongement de la ligne bleue ne soit pas reporté «indûment». «Finalement, on veut l’avoir, ça fait 40 ans qu’on l’attend, les marchands de Jean-Talon ne peuvent plus attendre», a-t-il lâché au cours de la dernière séance du conseil municipal.

Le conseiller Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal, a saisi l’occasion pour saluer le travail que fait l’arrondissement de Saint-Léonard à travers son Programme particulier d’urbanisme. Il a réitéré que le prolongement de la ligne bleue est important.

«C’est un projet qui va de l’avant et on veut sa réalisation le plus tôt possible et dans les meilleures conditions possibles», a-t-il souhaité.

Consultation écrite

Les résidents de Saint-Léonard sont appelés à se prononcer sur ce Programme particulier d’urbanisme à travers une consultation écrite. Celle-ci se tient du 15 au 29 mars, période dont disposent les habitants pour faire parvenir leurs questions et commentaires à l’administration locale. Une assemblée publique virtuelle est prévue le 29 mars pour marquer la fin de la consultation.

Une version préliminaire du PPU a été soumise à l’appréciation du public en juin 2019 lors d’une soirée de consultation. Après les consultations citoyennes par l’arrondissement et les révisions, la version actuelle du programme a été déposée en septembre 2020. Elle a été adoptée ce printemps.

Articles similaires