Montréal
05:30 15 avril 2021 | mise à jour le: 15 avril 2021 à 16:29 temps de lecture: 3 minutes

Itinérance: le gouvernement veut «éviter les campements» de fortune

Itinérance: le gouvernement veut «éviter les campements» de fortune
Photo: Métro MédiaLa Ville de Montréal tente de convaincre les campeurs d'évacuer les lieux (rue Notre-Dame).

Le gouvernement de François Legault veut à tout prix «éviter les campements» de fortune cet été, à Montréal. Un objectif irréaliste alors que les places en refuges menacent de manquer par centaines, rétorque un organisme.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a affiché ses couleurs, au parlement mercredi. S’il le peut, le gouvernement de la Coalition avenir Québec fournira une place à toutes les personnes en situation d’itinérance au courant de la saison estivale. L’idée: éviter que les tentes s’amassent sur le territoire métropolitain.

«Certains ne voudront pas aller en refuge. Ça, on s’attend à ça. Donc, on est en discussion avec la ville de Montréal pour s’assurer d’une gestion optimale des tentes et éviter les campements», a signifié le ministre caquiste lorsque pressé de questions par la députée libérale Paule Robitaille, mercredi, au Salon bleu.

L’an dernier, les campements de fortune s’étaient multipliés à Montréal. L’un d’eux, aux abords de la rue Notre-Dame, avait dû être démantelé à l’automne. La sécurité des occupants était menacée, avait affirmé la Ville.

Depuis l’automne, Québec a mis en place un plan de «mesures hivernales» pour la population itinérante de Montréal. Environ 1600 lits sont disponibles à travers la ville, la plupart dans des refuges temporaires. Fin mars, le gouvernement Legault annonçait le prolongement des activités d’une part de ces ressources jusqu’en juin.

Or, rien ne dit ce qu’il adviendra de ces places après le 30 juin. Selon la directrice du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), Annie Savage, le manque à gagner attendu cet été se chiffre à au moins 700 places.

«Ça pourrait être plus», indique-t-elle.

«Naïf»

Lionel Carmant affirme être en discussions pour que les mesures hivernales durent encore plus longtemps. «Je suis en constant contact avec mon homologue au fédéral pour m’assurer qu’on puisse prolonger les ressources jusqu’à mars l’an prochain», a-t-il laissé entendre en chambre, mercredi.

C’est ainsi, croit-il, et grâce aux investissements en logement, que Québec pourra ralentir l’apparition de tentes. Mais l’idée est «naïve», réplique Mme Savage.

«Non, on ne pourra pas limiter les campements à Montréal, surtout pas dans le contexte actuel. Nous, on est plutôt en discussion avec la Ville pour faciliter la vie des personnes qui font appel à un campement», observe-t-elle.

«Il y a des personnes, qui consomment des drogues par exemple, pour qui ce ne serait pas sécuritaire d’aller en refuge présentement.» – Annie Savage, directrice du RAPSIM

Du logement?

Selon Lionel Carmant, des places se libèrent dans le parc locatif, une occasion pour certaines personnes vulnérables de sortir de la rue. La libérale Paule Robitaille, porte-parole en matière de solidarité sociale, craint qu’il ne soit déjà trop tard.

«Le gouvernement de la CAQ n’a pas donné tous les outils aux intervenants pour faire pousser plus de logement social», a-t-elle martelé en entrevue avec Métro.

«Il y a beaucoup de voeux pieux du ministre. Qu’est-ce qu’il a fait différemment au cours de l’année pour éviter ce qu’on a vécu l’an dernier», a-t-elle ajouté.

Mercredi, la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, a confirmé que 6000 des 15 000 unités de logement social et abordable promises par la CAQ à son arrivée au pouvoir étaient sorties de terre, ou sur le point de l’être. Dans son budget de mars, Québec prévoyait par ailleurs la création de 500 nouveaux espaces locatifs.

Articles similaires