Montréal
18:01 3 mai 2021 | mise à jour le: 3 mai 2021 à 18:04 temps de lecture: 5 minutes

REM de l’Est : les consultations publiques s’amorcent bientôt

REM de l’Est : les consultations publiques s’amorcent bientôt
Photo: Josie Desmarais/Archives MétroDes travaux du REM à Griffintown.

Le projet du REM de l’Est entrera bientôt dans une phase de consultations publiques. CDPQ Infra compte alors expliquer ses choix, notamment au sujet du tracé et des voies aériennes, et invite les citoyens à donner leur avis.

«On souhaite vraiment aller recueillir l’opinion des citoyens sur le projet, parce qu’on est en début de phase de planification. Donc, on a la possibilité d’apporter des optimisations au projet», affirme en entrevue Virginie Cousineau, porte-parole du REM de l’est pour CDPQ Infra.

Les 10, 12 et 13 mai, les citoyens sont invités à prendre part à des séances d’information en présence de CDPQ-Infra, la Ville de Montréal, le ministère des Transports du Québec et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Ensuite, des sessions de consultations virtuelles citoyennes se feront entre le 27 mai et le 10 juin. Les citoyens peuvent déjà partager leur opinion ou leurs suggestions, et ce jusqu’à l’automne, via une plateforme virtuelle.

En complément, CDPQ offrira deux webinaires, notamment sur le choix du tracé (19 mai) et sur la mobilité (9 juin).

Des documents et des rapports sur le REM ont été mis en ligne sur le site de CDPQ.

En amont des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) prévues pour 2022, un bilan des idées retenues lors des consultations y sera publié, ainsi que l’ensemble de la documentation concernant la planification du projet, notamment le choix des tracés et de la technologie.

Plusieurs enjeux

Au cours des derniers mois, de nombreux citoyens et  experts se sont inquiétés de l’intégration urbaine du tracé aérien du REM de l’Est dans les quartiers situés entre la Gare Centrale et Pointe-aux-Trembles.

Mais les citoyens pourront-ils avoir un impact sur ces enjeux?

«La question du tracé et de la technologie, c’est pas mal arrêté», soutient Mme Cousineau. Ainsi, bien que certaines optimisations soient toujours possibles, elle réitère qu’il ne sera pas possible d’aller en mode souterrain dans le centre-ville de Montréal et sur la rue Sherbrooke. Un mode de transport en surface est également écarté.

Cependant, certaines demandes, notamment celles portant sur des changements de localisation de stations, «peuvent être analysées à cette étape-ci du projet».

Les citoyens pourraient également se prononcer sur des aspects tels que les aménagements, l’architecture du projet et les modes d’accès.

Cannibalisation et connexions

L’enjeu de la cannibalisation par le REM des usagers des réseaux de transport existants, comme la ligne verte du métro, le SRB Pie IX et la ligne Mascouche du train de banlieue, a également été soulevé par de nombreux urbanistes.

Une idée qu’a récemment rejetée Jean-Marc Arbaud, directeur général de CDPQ-Infra. «Dans le développement, on regarde l’ensemble du réseau et comment on peut améliorer la fluidité, les temps d’accès et les vitesses d’ensemble. C’est toujours complémentaire», lit-on dans un article récent du Devoir.

Le rôle de l’ARTM dans cette planification a aussi été mis en doute par certains experts.

À cet effet, Mme Cousineau rappelle que l’ARTM sera présente lors des séances d’information virtuelles et qu’ils expliqueront le travail qu’ils réalisent présentement pour analyser la complémentarité de REM avec le réseau existant. «Ils vont expliquer les prochaines étapes pour ces analyses et à quels moments elles seront rendues publiques.»

D’autres aspects du projet seront à suivre au cours des prochains mois. Un plan des connexions qu’aura le REM au prolongement de la ligne bleue, prévu jusqu’à Anjou, n’a pas encore été dévoilé. Rappelons qu’un groupe d’action formé par le gouvernement du Québec aura pour mandat, d’ici la fin du mois de juin, de planifier un meilleur arrimage entre les deux projets.

«On a des rencontres régulières avec la STM pour discuter de l’intermodalité de ces stations. (…) On s’attend à être sollicités pour faire des présentations et expliquer le projet», soutient Mme Cousineau.


Séances d’information

Lundi 10 mai, 12h à 14h, mercredi 12 mai, 8h à 10h et jeudi 13 mai, 18h à 20h

Consultations virtuelles publiques:

Saint-Léonard et Montréal-Nord, jeudi 27 mai, 18h à 20h

Rosemont – La Petite-Patrie : Axe L’Assomption, mardi 1 juin, 18h à 20h

Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles, jeudi 3 juin, 18h à 20h

Mercier – Hochelaga – Maisonneuve, à l’ouest de l’Autoroute 25 et Sainte-Marie, mardi 8 juin, 18h à 20

Ville-Marie :Secteur centre-ville, jeudi 10 juin, 18h à 20h

Mercier – Hochelaga – Maisonneuve, à l’est de l’Autoroute 25 et la Ville de Montréal-Est, mercredi 16 juin, 18h à 20h

Webinaires thématiques:

Le tracé, mercredi 19 mai, 12h à 13h

La mobilité mercredi 9 juin, 12h à 13h

Pour plus d’information, consulter la page web de CPDQ Infra.

Articles similaires