Montréal

Triple homicide à RDP: la SQ en renfort à Montréal

La mairesse de Rivière-des-Prairies—Pointes-aux-Trembles Caroline Bourgeois et l’inspecteur du SPVM David Shane en conférence de presse au lendemain d’une nouvelle fusillade qui a couté la vie à trois personnes et blessé deux autres dans un quartier résidentiel de RDP-PAT. Photo: Yohann Goyat/Métro Média

Au lendemain de la fusillade qui a fait trois morts et deux blessés dans un quartier résidentiel à Rivière-des-Prairies, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) annonce travailler de pair avec des enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) afin d’accentuer la pression sur le crime organisé et lutter contre la violence commise avec armes à feu.

Une ligne a été franchie dans la violence par arme à feu à Montréal. «Assez c’est assez», a lancé d’un ton franc David Shane, inspecteur et porte-parole du SPVM, lors d’un point de presse tenu à Rivière-des-Prairies.

M. Shane précise que les enquêtes criminelles se sont complexifiées ces dix dernières années. «Le support des services de la Sûreté du Québec va permettre de doubler nos effectifs et nos services», ajoute-t-il.

À la suite de cet énième incident violent, Montréal déplore désormais seize homicides depuis le début de l’année. Avant cette dernière fusillade, sept d’entre eux étaient reliés à des groupes criminels.

La hausse de la violence par armes à feu et la banalisation de celle-ci est un «phénomène» qui s’observe depuis quelques années dans les grandes villes d’Amérique du Nord a insisté l’inspecteur Shane.

La SQ prête main forte

Les ressources que vont apporter les équipes de la Sûreté du Québec sont les mêmes que celles actuelles du SPVM. Des ressources spécialisées «précieuses» comme des techniciens en criminalité, enquêteurs et autres équipes de filatures.

On parle désormais du travail en équipe et d’unir ses forces face aux violences criminelles.

«C’est important que tous les corps de police travaillent ensemble. La lutte contre les armes doit être un combat national», s’est exprimé Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles.

«Les criminels ont désormais toutes les équipes de police sur leur dos», prévient l’inspecteur.

L’escouade ELTA (Équipe dédiée à la lutte au trafic d’armes à feu) mise en place par le SPVM, travaille aussi sur les enquêtes criminelles impliquant des armes à feu et compte toujours 23 policiers. L’objectif est de doubler les effectifs d’ici le printemps 2022, selon les déclarations de M. Shane.

Depuis le 1er janvier, 209 incidents impliquant des armes à feu ont été recensés sur l’île de Montréal. Il y en avait eu 443 en 2020 et 383 en 2019.

Sur Twitter, le premier ministre François Legault indique que ce dernier épisode de violence est «troublant et préoccupant», promettant de protéger les «Montréalais et Québécois».

Articles récents du même sujet