Soutenez

Plus de familles, d’étudiants et de travailleurs demandent l’aide alimentaire d’urgence

aide alimentaire noël RDP
Photo: Yohann Goyat, L'informateur

En l’espace d’un an, le nombre de demandes d’aide alimentaire d’urgence a augmenté de 26% à Montréal. Ce sont 185 000 demandes supplémentaires qui ont été faites cette année par des Montréalaises et Montréalais par rapport à 2021. Les banques alimentaires font face à une clientèle qui change de plus en plus de visage, cette dernière comportant davantage d’étudiants, de familles et de travailleurs dans le besoin.

Les résultats de l’enquête Bilan-Faim réalisée en mars 2022 par Moisson Montréal font état d’une clientèle qui change de visage. Alors qu’en 2019, près de la moitié des bénéficiaires étaient des personnes prestataires d’aide sociale, celles-ci ne représentent maintenant plus que 36,6% des gens dans les files d’attente. Sur l’ensemble des bénéficiaires du dépannage alimentaire, 36% sont des enfants.

Non seulement le visage de la faim est de plus en plus diversifié, mais Montréal doit aussi faire face à des défis, car elle représente 39% de l’aide alimentaire totale du Québec, alors que 21% de la population québécoise réside sur le territoire.

Moisson Montréal

Avec l’inflation qui persiste et l’arrivée du temps des Fêtes, Moisson Montréal craint une explosion des demandes.

«Nous devrons redoubler d’ardeur afin de redistribuer en quantité suffisante des denrées à nos 300 organismes, déclare la directrice générale de Moisson Montréal, Chantal Vézina. Donateurs, bénévoles et employés se mobilisent afin de répondre à la demande grandissante.»

20% d’augmentation au Québec

L’augmentation des demandes dans la métropole se reflète à l’échelle de la province. Les Banques alimentaires du Québec (BAQ) répondent à plus de 2,2 millions de demandes d’aide alimentaire chaque mois, soit une augmentation de 20% depuis l’année précédente.

«Alors que l’on craint une prochaine récession, dont les effets viendraient s’ajouter aux difficultés causées par la pandémie et aux impacts de l’inflation, le réseau des Banques alimentaires du Québec aura assurément besoin d’un plus grand soutien du gouvernement», déclare dans un communiqué le réseau des BAQ.

Le Bilan-Faim 2022 des Banques alimentaires du Québec tire la sonnette d’alarme, alors que 62% des organismes partenaires ont déclaré avoir manqué de denrées de la part de leurs fournisseurs dans la dernière année.

«À l’approche d’une imminente récession, qui se rajoute aux difficultés amenées par la pandémie et par le contexte inflationniste, il est certain que nous aurons besoin d’appui pour pouvoir continuer d’aider ceux et celles qui en ont besoin, déclare le directeur général des BAQ, Martin Munger. Aujourd’hui, on demande au gouvernement plus de soutien pour nous aider à nourrir les personnes vulnérables.»

Le profil des bénéficiaires se diversifie dans l’ensemble du Québec. Depuis 2019, les BAQ ont recensé une augmentation de 25% des demandes de paniers d’approvisionnement venant de ménages bénéficiant d’une pension de vieillesse. Cette hausse touche aussi les travailleurs dont le nombre de demandeurs a augmenté de 37% dans la même période.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.