Soutenez

Deux nouvelles œuvres d’art pour le centre-ville

Photo: Photo: Gracieuseté, Yann Pocreau

La Ville de Montréal sera bientôt dotée de deux œuvres d’art publiques additionnelles. Les artistes Yann Pocreau et Valérie Blass ont été sélectionnés pour réaliser deux projets dédiés au secteur du centre-ville.

Yann Pocreau coûtera 205 000$ à la Ville de Montréal, tandis que celle de Valérie Blass sera d’une valeur de 1 M$.

Intitulée Les diamants irréguliers, l’œuvre en bronze de Yann Pocreau apparaîtra en 2024 à l’intersection des rues Berri et Sainte-Catherine. Constituée de trois prismes, elle intégrera des dates, tatouages, courtes citations, dessins, noms et idées chères à l’artiste et aux personnes consultées dans le cadre d’une collaboration avec l’organisme Cactus.

«L’œuvre de Yann Pocreau témoigne de l’effervescence du Quartier latin avec son milieu universitaire et ses réalités sociales. Les diamants irréguliers pérennise la voix des gens du quartier, mettent de l’avant la solidarité et l’espoir, ainsi que les grandes luttes sociales qui ont marqué ce secteur névralgique du centre-ville», a indiqué l’élue responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif de la Ville de Montréal, Ericka Alneus, mercredi.

Avec l’enveloppe de 205 000$ accordée au projet, l’artiste concevra et réalisera l’œuvre, mais versera également un cachet à l’organisme Cactus, qui agira à titre de collaborateur.

Il s’agit de la troisième œuvre d’art public de Yann Pocreau dans la collection d’art public de la Ville, après l’œuvre Leurs effigies, en 2020, au Grand quai du Port de Montréal, et Archéologies, en 2017, sur le parvis de la Maison de la culture de Verdun.

Valérie Blass

Quant au projet de Valérie Blass, l’artiste sera invitée à concevoir son œuvre en concertation et en collaboration avec les consultants mandatés pour le projet de l’avenue McGill College, ainsi qu’avec les services municipaux. Son projet L’ami des ruines (titre provisoire) évoque l’idée de concevoir des formes anthropomorphes qui rappellent à la fois une ruine et une formation rocheuse où des ouvertures peuvent accueillir de la terre, des champignons et des plantes.

«Les interventions de l’artiste Valérie Blass s’inscriront en continuité avec le développement de l’offre culturelle dans une démarche de vitalité du centre-ville. L’intégration de l’art public à ce projet d’aménagement urbain vise à appuyer la qualité des interventions qui seront réalisées. En effet, les interventions artistiques proposeront des expériences singulières et inédites aux marcheurs pour les inciter à parcourir et redécouvrir l’avenue McGill College», ajoute Mme Alneus.

Le projet de Valérie Blass est réalisé dans le cadre du projet de réaménagement de l’avenue McGill College. L’ami des ruines (titre provisoire) sera la première œuvre dans la collection d’art public pour Valérie Blass, ainsi que sa première œuvre permanente issue d’un concours. Le projet se développera sur trois ans.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.