Montréal

Désaffiliation de l'UQAM du réseau de l'Université du Québec: «Une nécessité absolue»

Les quatre syndicats de l’UQAM demandent le retrait de l’institution du réseau de l’Université du Québec (UQ).

L’annonce a été faite hier,  au lendemain du dépôt du second rapport du vérificateur général du Québec qui pointe les responsables du fiasco financier de l’UQAM.

«L’UQ n’a pas soutenu les différentes directions de l’UQAM ni examiné avec rigueur les projets d’envergure que l’université lui a demandé d’approuver», a déclaré Guy Dufresne, président du Syndicat des chargés des cours.

D’autres institutions affiliées à l’UQ, comme l’Université du Québec en Outaouais, revendiquent une autonomie complète auprès du ministère de l’Éducation, qui se penchera sur la refonte des modes de gouvernance des universités d’ici l’automne.

L’ancien recteur poursuivi?

D’autre part, l’ancien recteur Roch Denis et ses deux bras droits, jugés comme étant les principaux responsables de la débâcle financière, pourraient être poursuivis. «L’UQAM a déjà demandé à ses procureurs d’examiner les recours judiciaires possibles», a indiqué hier Claude Corbo, le nouveau recteur. Le gouvernement a fait de même.

Contrairement au vérificateur, M. Corbo a soutenu le Conseil d’administration de l’université qui a pourtant avalisé les projets immobiliers désastreux.

Les syndicats de l’UQAM pensent plutôt que les membres du Conseil devraient
perdre leurs responsabilités, «et plus encore [le] Comité de vérification qui n’a tenu aucune réunion sur les projets immobiliers entre l’automne 2003 et l’automne 2006». Au moins un membre de ce comité siège toujours. 

Articles récents du même sujet