Montréal

L'impact de l'environnement étudié à Montréal

Catherine Girouard, Métro

L’impact de l’environnement sur le développement du cancer est au cÅ“ur des préoccupations d’une nouvelle chaire de recherche de l’Université de Montréal lancée hier.

Les études porteront sur l’environnement au sens large, incluant la pollution, les habitudes alimentaires, les habitudes culturelles d’une région, etc. «Nos recherches mèneront à la prévention primaire du cancer, affirme le titulaire de la Chaire, Dr Jack Siemiatycki. C’est un investissement pour la santé des prochaines générations.»

Selon le Dr Siemiatycki, le cancer n’est pas une maladie de vieillesse, mais plutôt d’accumulation d’éléments nocifs. C’est pourquoi il faut investir dans la recherche sur les causes environnementales et la prévention, soutient-il. Mais les recherches réalisées dans ces domaines sont moins nombreuses aujourd’hui qu’il y a 20 ans.

La famille Guzzo accorde un financement de 1 M$ sur 10 ans à la Chaire environnement-cancer de l’UdeM. Des fonds supplémentaires seront nécessaires pour chacune des recherches. «Les études épidémiologiques sont coûteuses, car elles sont longues. Nous souhaitons réussir à amasser 10 M$ en trois ou quatre ans», précise le président de la Société de recherche sur le cancer, Mario Chevrette.

Articles récents du même sujet