Montréal

Moratoire pour les milieux humides demandé

Le Conseil régional de l’environnement (CRE) demande un moratoire et une loi pour sauver les derniers milieux humides dans la région de Montréal.

Selon les données du ministère du Dévelop­pement durable, les tourbières, marais et autres étangs ne représentent plus que 0,6 % du territoire. Or, ils jouent un rôle essentiel dans la subsistance de nombreuses espèces végétales et animales.

«Il y a péril en la demeure, on ne peut plus laisser les municipalités, les propriétaires et les dé-veloppeurs poursuivre la destruction des milieux humides au nom du développement», a déclaré André Porlier, directeur général du CRE-Montréal.

L’organisme a publié aujourd’hui une liste d’une dizaine de zones menacées. Le parc René Masson et son projet de mairie d’arrondissement à l’est, les projets résidentiels de l’Anse-à-l’Orme dans l’Ouest-de-l’Île et du Bois de la Source à Laval sont dans le collimateur des environnementalistes, qui critiquent la «complaisance» des élus quand il s’agit d’encadrer ce type de projets.

Articles récents du même sujet