Montréal

Dawson lance un appel à l'aide

Près de deux ans plus tard, la fusillade du 13 septembre a laissé ses traces au collège Dawson. Inspiré par cet évènement tragique, le collège anglophone, en partenariat avec des chercheurs de l’Université McGill et de Montréal, planche présentement sur la création d’un plan d’intervention psychologique, une première dans le monde.

«Quand l’horreur est arrivée, les policiers, les médecins et les ambulanciers savaient quoi faire, mais pas les psychologues et les psychiatres, explique Denise Roy, coordonnatrice de la recherche September 13th. On s’est rendu compte qu’on n’avait pas d’outils pour aider les gens [d’où la création d’un plan, accessible à tous].»

Depuis octobre, les personnes inscrites à Dawson le 13 septembre 2006 sont donc invitées à remplir un questionnaire, afin d’évaluer l’impact de la tragédie sur leur vie, une étape cruciale à l’élaboration du plan. Mais, à moins d’un mois du délai établi, la réponse est décevante. «On visait 2 000 formulaires remplis, mais on n’en a que 400, se désole Mme Roy. Ceux qui viennent savent pourquoi ils le font, mais beaucoup de jeunes étudient et travaillent en même temps, tout le monde est très occupé.»

Dès la mi-juin, on procédera à la réalisation d’entrevues avec les personnes ressources qui se sont mobilisées pour venir en aide aux victimes psychologiques et physiques de la fusillade.

Puis, les données recueillies seront analysées pour ensuite alimenter l’ébauche d’un plan. «On va le valider en le présentant à des gens qui sont intervenus, par des focus groupes», dit Mme Roy.

L’étude prendra officiellement fin en décembre 2009. Le plan qui en découlera sera présenté au cours d’un colloque et sera rendu public par l’entremise de conférences et de revues internationales.    

Articles récents du même sujet