Montréal

Le parcours du combattant

L’Hôtel-Dieu a exceptionnellement ouvert les portes de son unité des grands brûlés aux médias aujourd’hui. Véritable hôpital érigé au sein même de l’Hôtel-Dieu, l’unité est la porte d’entrée d’un long parcours du combattant pour quiconque doit y être admis.

La durée du séjour des patients admis à l’unité des grands brûlés correspond à la gravité des brûlures subies. Une journée d’hospitalisation est nécessaire pour chaque pourcentage de brûlures subi sur le corps. Ainsi, une personne brûlée sur 60 % de son corps devra être hospitalisée pour 60 jours.

«L’unité des grands brûlés est une unité de soins intensifs, a précisé Sylvie Vallée, coordonnatrice du volet communauté du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Les cas qui nous sont présentés sont critiques.»

Un long parcours
Dès son arrivée à l’unité des grands brûlés, le patient est amené à la salle d’hydrothérapie afin que les médecins puissent évaluer ses brûlures et le pourcentage du corps qui a été atteint. Le patient est alors allongé sous des jets d’eau chaude. Les greffes de peau se feront dans cette pièce après avoir entièrement stabilisé le patient.

«Les patients peuvent revenir dans cette salle pour prendre un bain, a indiqué Mme Vallée. C’est très relaxant pour eux, mais c’est aussi très douloureux. Puisque la peau des patients est à vif, ils doivent absolument être sous médication pour tolérer la douleur.»

Les grands brûlés sont ensuite transférés aux soins intensifs, où quatre lits sont disponibles. Chaque patient bénéficie alors de l’aide d’une ou deux infirmières, selon la lourdeur de son cas, et est sous surveillance 24 h / 24. Lorsque le patient commence à reprendre le dessus, les médecins évaluent le travail qui devra être fait en ergothérapie et en physiothérapie.

Les traitements bien entamés, le patient devra ensuite réapprendre à vivre au quotidien. «En fin de parcours, les patients peuvent se rendre dans une salle commune, appelée la Rotonde, a expliqué Sylvie Vallée. Ils doivent faire face au regard des autres. C’est souvent à ce moment qu’ils comprennent qu’ils devront retrouver une vie quotidienne.»

Après avoir obtenu leur congé de l’unité des grands brûlés, les patients poursuivent leur parcours en réadaptation en clinique externe. Pour certains, cette nouvelle étape durera des années…

Articles récents du même sujet