Montréal

Les terrains de sport synthétiques n'entraînent pas de risque, estime la Santé publique

Les terrains de sport en gazon synthétique ne sont pas dangereux pour la santé, selon un rapport de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Le rapport, qui figure sur le site de l’Agence depuis le 31 juillet, compile les différentes études internationales publiées sur la question. Elles concernent aussi les terrains montréalais qui ont les mêmes caractéristiques de fabrication.    
   
«Toutes les analyses toxicologiques indiquent que les métaux ne présentent pas de risques significatifs pour la santé humaine», peut-on lire dans le rapport de 86 pages. Les métaux en question sont notamment le zinc, le cobalt et le plomb. On retrouve ces métaux lourds dans la composition des terrains synthétiques.

En début d’été, trois terrains ont été fermés par précaution dans l’État du New Jersey, après que des concentrations élevées de plomb y eurent été décelées. On recommandait aussi aux joueurs de bien se laver les mains après y avoir pratiqué leur sport.

En plus des métaux lourds, les terrains synthétiques comprennent du plastique et du caoutchouc. Ces dérivés du pétrole contiennent des phtalates et des phénols, des composés potentiellement nocifs qui n’inquiètent toutefois pas la direction
de la Santé publique compte tenu du fait que «les concentrations mesurées dans les matériaux étaient généralement faibles.»

En conclusion, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal suggère néanmoins d’étudier la tenue des terrains extérieurs montréalais dans des conditions de grosse chaleur. Actuellement, la métropole compte une trentaine de terrains de sport en gazon synthétique.

Articles récents du même sujet