Montréal

À la défense de la cause des femmes

Photo: Archives Métro

 La cause des femmes doit être cons­tam­ment défendue, selon le Y des fem­mes de Montréal.

«Il y a toujours du travail à fai­re», indique la directrice gé­­né­rale de l’organisme com­­mu­nautaire, Claudette De­mers.

Mme Demers cite comme exem­­ple le droit à l’avortement, qui est menacé, selon elle, par le projet de loi C-484. Ce­­­lui-ci a pour but de punir les actes criminels per­­pé­trés en­­vers des fÅ“tus et de con­férer à ces derniers un sta­tut juridi­­que. «On pensait que c’é­tait un droit acquis, mention­ne la directri­ce général du Y des fem­mes. Malheu­reu­­se­ment, c’est un droit très fragile, et ça nous inquiète.»

Fête des femmes

Le Y des femmes se fait ain­­si un point d’honneur de sou­­ligner chaque petit pas fait en faveur de la cause des fem­mes. Ce mercredi, une poignée de Montréa­lai­ses seront ho­norées à l’occasion du 15e Gala Fem­mes de mérite, qui est or­­ganisé par l’organisme communautaire.

«On souligne les réalisations des femmes, explique la directrice générale de la Fon­­­dation du Y des femmes, Isa­­belle Baril. Ça peut être ce que les femmes ont fait dans leur carrière et dans leur vie personnelle pour re­­connaître d’autres fem­mes.»

L’animatrice Marie-Fran­ce ­Baz­zo, l’athlète Chantal Pe­­tit­­clerc et la présidente de la Gran­­de Bibliothèque, Li­se Bis­­son­nette, font partie des fem­­mes qui ont déjà été cé­lé­brées par le Y des femmes au cours des 15 dernières an­nées. Cet­te année, les noms de la journa­liste Do­minique Poirier, de la de­si­gner de mode Mariou­che Ga­gné et de la chanteuse Florence K figurent entre autres sur la liste de finalistes.

«C’est un honneur d’être choi­sie parmi toutes les fem­mes de Montréal com­me finaliste», commente Mme Baril.

Choisir des femmes

Pour choisir les Montréa­laises qui sont honorées au Ga­la Fem­mes de mérite, des bé­névo­les du Y des femmes de Mon­tréal scrutent les médias pour repérer celles qui ont con­­tribué à l’avancement de la cause des femmes. Elles dé­ter­minent ensuite des finalis­tes parmi lesquel­les un jury choi­sira les lauréa­tes selon di­ver­ses catégories. «C’est une tâ­che monstrueuse par­ce que toutes les femmes fina­listes méritent de ga­gner», lance Isabelle Baril.

Malgré tout, la directrice de la Fondation du Y des fem­mes men­tionne que le Ga­la Fem­mes de mérite permet de re­con­naître des fem­mes peu connues du grand pu­blic dont les actions demeurent «extraordinaires».

Et le fait de les honorer don­ne l’exemple aux plus jeu­nes, avance Claudette De­mers.  «En s’exprimant, on peut toutes avoir notre place», dit la directrice du
Y des femmes.

Gala Femmes de mérite 2008, le 24 septembre, au Hyatt Regency de Montréal

Articles récents du même sujet