Montréal

Vélos volés: la lutte rebondit sur les réseaux sociaux

Vélos volés: la lutte rebondit sur les réseaux sociaux
Photo: Denis Beaumont

Deux semaines après sa création, le groupe Facebook Vélo Volé est un succès et recense désormais 1 303 membres tout en répertoriant déjà près de 100 vélos volés. À défaut d’avoir permis de retrouver les vélos disparus, cette initiative donne une image de l’ampleur du phénomène, propose des solutions, tout en soulevant quelques critiques sur certains aspects légaux. État des lieux en trois coups de pédales.

Bouton-vert_01Des chiffres qui parlent

Après deux semaines 93 vélos montréalais volés ont été signalés par des internautes. Sur une base annuelle, cela représente 2 418 vols. Un chiffre qui correspond aux statistiques montréalaises et qui, selon plusieurs, ne serait que la pointe de l’iceberg. La plupart (44 %) des vélos déclarés volés le sont sur Le Plateau et au centre-ville. Un chiffre là aussi proche des moyennes enregistrées par les autorités. Mais avec la géolocalisation, on peut déterminer avec précision des secteurs problématiques moins connus. Ainsi, pas moins de six vélos ont été déclarés volés autour du métro Jarry. Les cyclistes ont aussi une part de responsabilité notent plusieurs internautes. L’un deux a recensé les mauvaises pratiques de certains cyclistes et noté que 10 % des vélos, observés pendant 30 minutes, étaient incorrectement cadenassés.

Bouton-vert_02Aspect légal inévitable

Plusieurs des 1 303 membres de Vélo Volé ont déjà pointé du doigt une demi-douzaine de vendeurs de vélos douteux. Ces derniers œuvrent dans la rue ou sur Craiglist et Kijiji. Des citoyens sont allés jusqu’à les prendre en photo, comme le fameux «Bécyq à vendre», un revendeur du quartier Petite-Patrie suspecté par plusieurs internautes. Attention toutefois à l’aspect légal, préviennent plusieurs internautes qui n’apprécient guère le climat de délation qui règne parfois sur Facebook. «Les vendeurs visés pourraient intenter une poursuite pour diffamation ou atteinte à la réputation et demander des dommages et intérêts, peu importe s’ils ont ou non procédé au vol de vélos, confirme Nicolas Vermeys, professeur à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Ils pourraient aussi poursuivre la personne ayant affiché leur photo sur Facebook pour atteinte à leur droit à l’image, à moins que cette dernière ne puisse démontrer que son geste visaient l’information légitime du public.»

Bouton-vert_03Que fait la police?

Plusieurs internautes soulignent que la police de Montréal semble plus pressé à dresser des contraventions aux cyclistes (+32 % en 2012) qu’à retrouver les vélos volés (1,5 % de succès). «En plus des actions de burinage des vélos, le Service de police fait partie des membres actifs du Comité de travail sur le vol de vélo à Montréal», répond Marc-André Gadoury, élu de Projet Montréal et instigateur du comité. Parmi les mesures déjà prises, il signale le resserrement des règles entourant la vente de vélos usagés dans les commerces pour limiter le recel. Le comité a aussi sensibilisé la direction des approvisionnements pour favoriser l’achat de porte-vélos mieux adaptés. Les policiers travaillent aussi à une codification qui permettrait d’obtenir des statistiques plus précises sur le phénomène. «Pour vous donner une idée, le vol de vélo ça peut aussi servir à alimenter les revendeurs de métal. On m’a aussi parlé de camionnettes chargées de dizaines de vélos volés qui partaient vers d’autres provinces pour être revendus», indique M. Gadoury.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *