Montréal
06:00 3 décembre 2013 | mise à jour le: 6 décembre 2013 à 09:02 temps de lecture: 6 minutes

4e symbole le plus emblématique de Montréal: le Canadien

4e symbole le plus emblématique de Montréal: le Canadien
Photo: Arnaud Baty

Toute la semaine, Métro présente, en ordre décroissant, le top 5 des symboles les plus emblématiques de Montréal, choisis parmi une liste qu’ont dressée une quarantaine de personnalités montréalaises influentes. Aujourd’hui, le Canadien de Montréal vu par… un détracteur.

Nicolas* était un partisan des Nordiques. Le seul à la maison. Le reste de la famille appuyait la Sainte-Flanelle. Surtout son frère. Un «fan fini». Quand les Bleus ont pris le chemin du Colorado, pas question que Nicolas, trop déçu, les encourage. Mais pas question non plus de changer de camp et de prendre pour le Bleu-blanc-rouge.

Dire que «Montréal est hockey» est un euphémisme. L’analogie a été reprise ad nauseam : le Canadien est une religion. Or, toute religion a ses athées, toute icône a ses ennemis. Et pas seulement sur la glace. Un dimanche après-midi, alors qu’il regardait un match avec des camarades, Nicolas en a eu assez du trop-plein d’enthousiasme des «croyants».

«J’étais à bout des commentaires partisans des animateurs qui décrivaient le match», affirme-t-il. Le jeune homme décide alors de créer la page Facebook Anti Canadiens de Montréal. Le groupe compte aujourd’hui 2 678 fans. Un nombre bien peu significatif quand on sait que la page Facebook officielle du Tricolore a plus d’un million d’abonnés. Mais les détracteurs, ils existent. Même à Montréal.

«La page est un forum où les gens viennent parler avec joie de la dernière défaite du CH ou avec tristesse de sa dernière victoire, explique le créateur. J’essaie de garder tous les échanges propres. Après tout, c’est juste du hockey.»

D’abord lancée comme une boutade – surtout destinée à son frère, qui ne veut plus l’accompagner au Centre Bell tellement il est désagréable –, la page Anti Canadiens de Montréal survit après cinq ans d’existence. C’est le fanatisme et la démesure des partisans qui poussent Nicolas à continuer. «Quand le Canadien gagne ses trois premiers matchs, ça sent déjà la Coupe, ironise-t-il à peine. Et puis, les gérants d’estrade huent le joueur qui connaît une période difficile, avant de le porter aux nues quand il compte le but vainqueur…»

[pullquote]

Nicolas n’est nullement surpris de voir les Glorieux se hisser parmi les symboles les plus importants de la métropole. «C’est ce qui rassemble notre nation. Mais ça représente aussi l’abrutissement de notre population autour du téléviseur le mardi soir, croit-il. On dirait que sans hockey, Montréal n’existe pas, alors que la ville est chargée d’histoire.»

En outre, selon ce fan de hockey, l’organisation du Canadien a perdu des plumes. «C’est un club sans âme, avance-t-il. Mais c’est généralisé dans la ligue maintenant. Le hockey est un business, et les joueurs sont des entrepreneurs. Quand j’étais petit, les joueurs portaient l’uniforme avec fierté.» C’est à cette nostalgie que les partisans s’accrochent, à son avis. «Ils surfent sur l’héritage grandiose de l’équipe, sur l’histoire des ANCIENS Canadiens», constate Nicolas.

Quand ce dernier est devenu papa, le premier cadeau que son frère a offert à son fils fut un chandail du Tricolore. Bon joueur, il le lui a enfilé… avant de mettre un sac de papier brun sur la tête de son rejeton. «Pas question de voir ma progéniture avec un chandail du CH!» s’exclame-t-il.

*Le nom du créateur de la page Anti Canadiens de Montréal a été changé dans le texte.

Le Canadien de Montréal

Adresse: Centre Bell, 1909, avenue des Canadiens-de-Montréal
Fondation: 4 décembre 1909
Surnoms: Tricolore, Bleu-blanc-rouge, Sainte-Flanelle, Habs, CH, Glorieux
Nombre de Coupe Stanley: 24, un record dans la LNH
Nombre de chandails retirés: 17, un record
Meilleur marqueur: Guy Lafleur – 1 246 pts en 962 matchs

Le top 15 des symboles montréalais

symboles de Montréal

  1. Le mont Royal
  2. Les escaliers
  3. Le pont Jacques-Cartier
  4. Le Canadien de Montréal
  5. Le stade olympique
  6. Le bagel
  7. Le dôme géodésique de Buckminster Fuller (Biosphère)
  8. Le Quartier des spectacles
  9. Orange Julep
  10. La Place Ville-Marie
  11. Habitat 67
  12. La poutine
  13. Bixi
  14. L’enseigne Farine Five Roses
  15. Le Vieux-Montréal

Et aussi…
D’autres symboles qui ont été nommés par les membres du jury:

  • Le cône orange et les nids-de-poule
  • Le boulevard Saint-Laurent et la rue Sainte-Catherine

Le jury

Richard Bergeron, chef Projet Montréal • Guy Berthiaume, pdg Bibliothèque et Archives nationales du Québec • Daniel Blier, directeur Société du Parc Jean-Drapeau • Marc Blondeau, pdg Place des arts • Nathalie Bondil, directrice Musée des beaux-arts de Montréal • Simon Boulerice, auteur • Simon Brault, président Culture Montréal • Charles-Mathieu Brunelle, directeur Espace pour la vie • Dinu Bumbaru, directeur des politiques Héritage Montréal • Marc-André Carignan, chroniqueur en architecture • Françoise David, députée de Québec solidaire • Giovanni De Paoli, doyen de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal • L’équipe de Moment Factory • Mélissa Maya Falkenberg, journaliste • Carlos Ferreira, restaurateur • Suzanne Fortier, rectrice de l’Université McGill • Liza Frulla, membre du c.a. Conseil des arts de Montréal • Marie-Julie Gagnon, journaliste et blogueuse • Nicolas Girard, pdg Agence métropolitaine de transport • Nicolas Girard Deltruc, directeur Festival du nouveau cinéma • Arnaud Granata, directeur des contenus Infopresse • Alexandre Grégoire, réalisateur • Michel Hellman, illustrateur et bédéiste • Michel Labrecque, ex-président Société de transport de Montréal • Yves Lalumière, président Tourisme Montréal • Philippe Lamarre, éditeur Urbania • Mado Lamothe, drag queen • Eugène Lapierre, directeur Coupe Rogers • Michel Leblanc, président Chambre de commerce du Montréal métropolitain • Véronique Leduc, journaliste et blogueuse • Francine Lelièvre, directrice Musée Pointe à Callière • Jonathan Lemieux, artiste et auteur • Stephen Leopold, homme d’affaires • Jean-François Lisée, député péquiste et ministre responsable de la Métropole • Frédéric Metz, designer • Lorraine Pintal, directrice Théâtre du Nouveau-Monde • Anie Sansom, maire de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et vice-présidente du Comité exécutif de la Ville de Montréal • Monique Savoie, directrice Société des arts technologiques • Alain Simard, président Spectra • Alexandre Taillefer, président du c.a. du Musée d’art contemporain • Kim Thuy, auteure • Élisabeth Vallet, professeure associée au département de géographie de l’UQAM et directrice scientifique à la Chaire Raoul-Dandurand • Cathy Wong, présidente du Conseil des Montréalaises • Adam Zinzan, designer graphique

* Les règles du jeu: Chaque membre du jury a dressé la liste des trois symboles montréalais les plus importants à ses yeux. Une première place donnait 5 points au symbole cité, une deuxième, 3, et une troisième, 1.

Articles similaires