Montréal

Des cyclistes manifestent à coups de pelles

Un premier «pellete-in» a été organisé devant l’hôtel de Ville d’Outremont, lundi, où des cyclistes se sont présentés avec leur pelle au conesil municipal pour revendiquer le déneigement de la piste Côte-Sainte-Catherine.

«Le vélo d’hiver n’est plus une tendance marginale, les gens le pratique de plus en plus et les autorités doivent le comprendre», déclare Maxime Dorais, instigateur du «pellete-in». Ce dernier a convaincu plusieurs associations cyclistes et des passionnés du vélo d’unir leur voix – et leur pelle – pour demander à l’arrondissement d’Outremont que la piste Côte-Sainte-Catherine soit déneigée dès maintenant.

Selon M. Dorais, la piste Côte-Sainte-Catherine est un lien important en plein cœur de la ville pour encourager le cyclisme d’hiver, une pratique qui augmente de 40% chaque année selon Vélo Québec. Se basant sur une étude menée par HEC Montréal, qui calcule les coûts de déneigement, le cycliste estime que l’entretien hivernal de la piste de 1,6 km ne devrait pas dépasser les 30 000$.

La mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars, se dit intéressée par le projet, mais il faut selon elle évaluer tous les coûts liés au déneigement de cette piste abrupte, qui est aussi entourée d’un terre plein «pouvant compliquer les manœuvres». «Je m’engage tout de même à faire des pressions auprès de la Ville centre pour faire débloquer des fonds à cet effet», a-t-elle dit en entrevue avec Métro.

Mme Cinq-Mars ne semble pas juger réaliste que le projet voit le jour dès cet hiver, comme le revendique les cyclistes. «Pour l’instant au centre-ville on parle plus de coupes que d’augmentations de budget, soutient-elle. Mais ça vaut la peine d’essayer, peut-être que le transport actif est suffisamment une priorité de la nouvelle administration qu’elle débloquera les fonds.»

La piste cyclable Côte-Sainte-Catherine accueille quotidiennement de 1000 à 1500 vélos en fin d’automne, selon les données de la Ville de Montréal. Les partisans du cyclisme d’hiver estime qu’un nombre presqu’aussi important utiliserait ce réseau à l’année s’il était déneigé.