Montréal

Gel des taxes foncières résidentielles à Laval

Photo: Yves Provencher/Métro

Le bon état des finances de Laval permet à la nouvelle administration de geler les taxes foncières pour ses résidants.

C’est ce qu’a annoncé le maire Marc Demers en présentant lundi le budget 2014 de sa ville, qui s’élève à 759,1 M$, une hausse de 4 M$ par rapport à l’an dernier. «Nous avons réalisé les engagements pris envers la population par le Mouvement Lavallois, a déclaré M. Demers. Ensemble, nous avons dégagé des marges de manœuvre à l’intérieur des balises d’un budget équilibré.»

Il a en effet tenu ses promesses envers les aînés. Ceux-ci bénéficieront du transport en commun gratuit – une nouveauté – et du maintien du remboursement de la taxe sur l’eau. «À Laval, il y a des excédents importants et les dépenses sont très bien contrôlées, soutient Danielle Pilette, professeure associée au Département d’études urbaines de l’UQAM. On se permet même de donner des cadeaux aux personnes âgées.»

Le gel des taxes foncières résidentielles constitue en fait une baisse des taux de taxation, fait par ailleurs remarquer Mme Pilette. La valeur des propriétés ayant augmenté lors du dernier rôle d’évaluation, le taux de base de la taxe sera de 75,9 sous par 100$ d’évaluation, une diminution de 3,2 sous.

Pour les immeubles non-résidentiels, les taxes suivront l’inflation prévue, soit 1,7%.

Combat contre la corruption
L’administration municipale va également de l’avant avec son intention précédemment annoncée de rapatrier de l’expertise à l’interne concernant ses services stratégiques, de façon notamment à combattre la collusion et la corruption. Elle a annulé 3,6 M$ en contrats confiés à la sous-traitance et investira 2,9 M$ afin d’accomplir ces travaux à l’interne.

«Laval reprend le contrôle de ses affaires et investit dans sa fonction publique», a fait valoir le maire Marc Demers.

Le budget de la vérificatrice générale a aussi été bonifié de 300 000$, passant à 1,4 M$. «C’est un pas dans la bonne direction, de l’argent bien investi, a approuvé Danielle Pilette, professeure associée au Département d’études urbaines de l’UQAM. C’est important d’avoir des bons processus de vérification pour faire des gains en efficacité.»

Articles récents du même sujet