Montréal

L’est montréalais, ce malaimé

L’est montréalais, ce malaimé
Photo: photcal.com

Bien qu’il ait connu un passé plutôt sombre dans les deux dernières décennies, l’est de Montréal est à un point tournant, soutient le vidéaste et résidant du secteur, Éric Cimon. Son projet Montréal côté cour, une suite de vidéos de prestations culturelles dans différents lieux emblématiques de l’est de Montréal, a été lancé plus tôt cette semaine. «Les Montréalais n’ont pas le réflexe de venir faire un tour dans l’est, mais tout est en train de changer», soutient-il. Regard sur ces lieux malaimés.

La caverne «Trou de fée»
«Certaines personnes vont en voyage en Amérique du Sud pour visiter des grottes, mais jamais on n’aurait pensé qu’il y en a une à Saint-Léonard», avoue M. Cimon qui est tombé en amour avec cette caverne dès sa première visite. Situé dans le parc Pie-XII de l’arrondissement de Saint-Léonard, le site accueille annuellement près de 3000 personnes pour y réaliser une excursion spéléologique.

ACTU-caverne Trou de fée 2, arrondissement Saint-Léonard

Parc Bellerive
«Je vois un peu le parc Bellerive comme le mont Royal de l’est», avance le vidéaste. Le long du fleuve St-Laurent, la promenade s’étend sur près d’une dizaine de kilomètres avec une vue sur les îles de Boucherville. Sa programmation culturelle fait des heureux chez les résidants et les visiteurs.

ACTU-parc Bellerive

Maison Brignon-dit-Lapierre
Maintenant une destination culturelle de Montréal-Nord, cette maison centenaire et l’un des rares «témoins du patrimoine résidentiel et agricole sur le boulevard Gouin», rappelle Éric Cimon, qui a tenu à y tourner l’un de ses vidéos pour la beauté du lieu. En 2007, la maison est citée immeuble patrimonial par la Ville de Montréal.

ACTU-Maison Brignon-dit-Lapierre

Renaissance de l’est de Montréal
«Tout est en train de changer à un pas fulgurant, dans l’est», s’étonne le vidéaste Éric Cimon. Un avis qui est partagé par le maire de l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard. Après «le très gros passé sombre de l’est dans les années 1980-90», dit-il, une renaissance du secteur s’orchestre depuis les trois dernières années. «Il y a définitivement une volonté de mettre l’est sur la carte», a-t-il lancé à Métro.

L’effervescence des maisons de la culture, l’animation des places publiques, l’apparition de nouveaux commerces de quartier et les projets immobiliers font partie de leur stratégie. «Il y a 3 ou 4 arrondissements à Montréal qui ont une population en croissance, et nous en faisons partie», s’enorgueillit le maire d’Hochelaga.

Pour plus d’infos, visitez le site de Montréal Côté Cour

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *