Montréal

Le centre animalier passe du parc Angrignon au boulevard Pie-IX

L’administration du maire de Montréal, Denis Coderre, a décidé d’implanter le futur centre animalier municipal sur le boulevard Pie-IX, dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, plutôt que dans le parc Angrignon.

Ce site, sur lequel est présentement aménagé un clos de voirie, se trouve entre la 42e et la 47e rue, le long du boulevard Pie-IX. Le clos de voirie doit être déménagé d’ici 2017.

«[Ce nouveau site] est de loin préférable à celui du parc Angrignon, car il est situé sur un territoire où le nombre d’animaux de compagnie est plus élevé en proportion du nombre de foyers et donc, où la demande de services sera plus importante», a expliqué jeudi le maire de Montréal, Denis Coderre.

L’an passé, l’administration de coalition, qui était dirigée par Laurent Blanchard, avait envisagé de bâtir le centre animalier sur le boulevard Pie-IX, mais le site n’était pas disponible à l’époque. Elle avait donc décidé d’intégrer le projet de construction d’une fourrière municipale à celui du réaménagement du parc Angrignon.

«On essayait de faire un projet intégré, a dit le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, qui faisait partie de l’administration de coalition. Aujourd’hui, ce sont deux projets séparés parce que le meilleur terrain, qui n’était pas disponible à l’époque, l’est cette année.»

La construction de la nouvelle fourrière municipale doit commencer en 2017 afin que l’ouverture puisse avoir lieu en 2018. «Si c’était juste de moi, ça irait un peu plus vite, a laissé tomber M. Coderre. Alors, on va regarder si on ne peut pas régler cela plus rapidement.»

Près de 23M$ seront consacrés à la construction du centre animalier, à l’achat d’équipements et aux services professionnels nécessaires. À terme, près de 14 000 animaux errants pourront être accueillis dans le centre animalier. Des soins vétérinaires y seront prodigués et des activités de sensibilisation seront organisées. Un organisme à but non lucratif, qui n’a pas encore été choisi, sera en charge de sa gestion.

Même si l’administration du maire Coderre a décidé de déménager la fourrière municipale à Villeray–Saint-Michel–Parc Extension, elle maintiendra le projet de réaménagement du parc Angrignon. D’ici 2020, 21M$ seront investis pour rouvrir la petite ferme – fermée depuis 2008 –, rénover le bâtiment du Quartier d’hiver, réorganiser les sentiers et réaménager le stationnement.

Projet Montréal a approuvé la décision de l’administration Coderre de déménager le centre animalier. Le parti craint toutefois que le nouveau site soit difficilement accessible en transport en commun. Il doute également que sa capacité d’accueil soit suffisante puisqu’à chaque année, plus de 20 000 animaux se retrouvent dans les refuges. La conseillère du Sud-Ouest, Anne-Marie Sigouin, n’a pas été convaincue par les explications de la responsable des services aux citoyens, Anie Samson. Cette dernière a mentionné que la Ville s’alliera à une organisation pour prendre soin des animaux destinés à l’adoption et ainsi répondre à la demande.

La Ville de Montréal a décidé en 2012 de prendre en charge les services animaliers après avoir consulté un groupe d’experts. Cette décision faisait suite à la diffusion d’un reportage de l’émission Enquête qui montrait les mauvais traitements infligés aux animaux confiés au Berger blanc. De nombreux arrondissements montréalais avaient alors des contrats avec ce refuge.

Micropuce obligatoire
L’administration du maire Coderre envisage d’imposer le micropuçage obligatoire des animaux de compagnie.

  • «Dès que le centre animalier sera mis en place, on va obliger les gens à micropucer leur animaux», a dit la responsable des services aux citoyens, Anie Samson.
  • D’ici l’ouverture de la fourrière municipale, prévue pour le moment en 2018, la Ville incitera fortement ses citoyens à faire insérer une micropuce sous la peau de leurs animaux de compagnie afin de faciliter leur identification. Elle s’assurera aussi que les animaux provenant des refuges soient stérilisés, micropucés et vaccinés.
  • «On veut responsabiliser les citoyens, alors il faut se doter des outils nécessaires», a dit le maire Coderre.

Articles récents du même sujet