Montréal

Le bar Le Saint-Sulpice défend ses employés

Photo: Photcal.com

Le propriétaire du bar Le Saint-Sulpice, Maurice Bourassa, a défendu, lundi, le portier de son bar accusé d’avoir exercé un acte homophobe envers un étudiant de l’Université de Montréal plus tôt vendredi dernier.

Dimanche, l’étudiant Gabriel Dion avait critiqué le portier du Saint-Sulpice qui lui avait demandé de quitter l’établissement alors qu’il embrassait un jeune homme dans une cage d’escalier du bar, lors d’une soirée d’initiation de la faculté de médecine.

M. Bourassa a tenu à rétablir les faits après avoir consulté ses employés. Il rappelle qu’un règlement de sécurité leur interdit de laisser des clients immobiles dans la cage d’escalier de secours. Le portier aurait également évalué la situation comme un «acte inadéquat dans une place publique» en raison de l’intensité des gestes, et ce, après avoir été alerté par une cliente.

«Ce n’est pas une question sexuelle. Il y a d’autres couples homosexuels et hétérosexuels qui se sont embrassés dans le bar lors de la soirée. (…) Mais eux, ils étaient presque couchés sur la rampe d’escalier», s’est indigné le propriétaire, M. Bourassa, qui a précisé qu’un autre couple hétérosexuel s’est également fait montrer la sortie au cours de la soirée pour les mêmes raisons.

Quand on lui demande pourquoi le portier n’a pas demandé aux clients de se déplacer ailleurs dans le bar, le propriétaire ajoute que les jeunes hommes auraient commencé à argumenter avec l’agent. «Quand ça fait 10 minutes que les clients argumentent et ne veulent pas obtempérer, on leur demande de sortir du bar», indique M. Bourassa.

Aucune mesure disciplinaire ne sera imposée aux portiers, puisque ceux-ci «ont fait leur travail», confirme le propriétaire.

«[Gabriel Dion] déduit que c’est à cause de son homosexualité s’il a été mis à la porte. Pourquoi faire des associations comme ça? Je trouve que c’est contre-productif pour les gais», affirme M. Bourassa qui dit avoir appelé M. Dion pour donner sa version des faits.

M. Dion a également critiqué le bar pour ne pas lui avoir permis d’aller récupérer ses effets personnels avant de sortir. Maurice Bourassa explique que cela fait partie de procédures. «Sinon, tout le monde se trouve toujours une excuse pour aller chercher son sac, ou aller voir ses amis. Je dois donc mobiliser un agent de sécurité pour aller chercher leurs effets à leur place. Mais, en heure de pointe, je ne peux pas le mobiliser rapidement», soutient M. Bourassa pour expliquer pourquoi les clients ont dû attendre avant de retrouver leurs effets personnels.

La Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM), qui avait demandé des excuses du bar, s’est dite satisfaite de la version des faits du propriétaire. «Nous nous retrouvons maintenant avec des versions des faits contradictoires, mais le fait que le bar Le Saint-Sulpice affirme de manière non équivoque son ouverture aux personnes de toutes orientations sexuelles répond adéquatement à nos demandes», a affirmé Vincent Fournier Gosselin, secrétaire général de la FAÉCUM.

Un Kiss In, organisé par le Pink Bloc, aura lieu vendredi près du bar Le Saint-Sulpice, en réaction aux événements dénoncés par Gabriel Dion. «On est dans une société hétéronormative. Il y a des standards pour les hétérosexuels, et il y a des standards pour la diversité sexuelle, clame Éric Pineault, président de Fierté Montréal qui sera présent à l’événement. Pour nous, ça devrait être une question d’égalité sociale pour tous». Il ajoute qu’une vingtaine de participants de Fierté Montréal seront également présents.

Fierté Montréal annoncera mardi qu’il demande le congédiement du portier responsable du renvoi des deux clients.

Articles récents du même sujet