Montréal

Zombie 101

La marche de 2013 Photo: Cyrielle Beaubois

La marche des zombies qui se tenait samedi à Montréal est-elle une marche politique? Dans le livre intitulé Angles morts – différents regards sur le zombie qui vient de sortir en librairie, le sociologue Vincent Paris décortique le phénomène avec un collectif d’auteurs aux visions divergentes. Décryptages.

Style
Il y aurait quatre types de zombies, selon Vincent Paris. Les ressuscités de l’époque biblique, les zombies du vaudou à qui on a jeté un sort, les zombies mangeurs de chair humaine des années 1960, et enfin, les zombies actuels, infectés par un virus dont on ne connaît pas l’origine. Si vous croisez ces derniers, il faudra courir vite. Selon une étude d’Oxford, un zombie du film World War Z court sept fois plus vite (6,7 pas/seconde) qu’un zombie de La Nuit des morts vivants filmé en 1968.

P-6
Selon le géographe Bruno Massé, les marches de zombies lancent un message politique fort. Les zombies seraient le symbole d’une société en déclin, portrait d’un mode capitaliste, déshumanisant où l’homo economicus est dépendant d’un travail alliénant pour pouvoir continuer à consommer. Les organisateurs de la marche eux se déclarent apolitiques et revendiquent plutôt un caractère festif, ce que semble confirmer le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui n’a jamais effectué aucune arrestation de zombie en vertu du règlement antimasque P-6.

Marketing
Vous voulez vendre quelque chose, assaisonnez-le à la sauce zombie, clame le sociologue Vincent Paris. Ainsi, le site immobilier Realtor a recensé les huit propriétés à vendre les plus adaptées à une attaque de zombies. De même, des chercheurs ont trouvé une technique pour créer des «cellules zombies»: des cellules mortes, mais plus résistantes et surtout toujours capables d’assurer certaines fonctions.

Architecture
Si le port pétrolier de Cacouna ne voit pas le jour, on pourra toujours le transformer en centre de détention pour zombies. L’architecte François Sabourin a imaginé un système de conteneurs aménagés en cellules qui seraient acheminés par bateau à Gros-Cacouna et disposés en cercle autour d’une tour d’observation centrale, permettant ainsi de visiter sans risque ses proches contaminés. Le concept aurait reçu l’appui des bélugas, selon nos informations!

r_666
Angles morts – Différents regards sur le zombie
Sous la direction de Vincent Paris
XYZ éditeur

 

Articles récents du même sujet