Montréal
17:24 18 mars 2015 | mise à jour le: 18 mars 2015 à 23:42 temps de lecture: 3 minutes

Montréal veut favoriser l’utilisation du transport collectif par ses employés

Montréal veut favoriser l’utilisation du transport collectif par ses employés
Photo: Archives TC Media

Montréal veut inciter ses employés à utiliser davantage le transport collectif, ce qui pourrait réduire l’«iniquité» entre les employés, selon le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a mandaté mercredi la Commission sur le transport pour qu’elle détermine des mesures incitatives à mettre en place afin de favoriser l’usage des transports collectifs et actifs par les employés municipaux entre leur lieu de résidence et le travail. La Ville compte étudier des mesures «fiscales, administratives ou incitatives».

Coralie Deny, directrice générale du CRE, salue cette démarche de la Ville qui, dit-elle, doit montrer l’exemple. «Si on veut inciter l’ensemble des entreprises de Montréal [à favoriser le transport collectif], il faut que la Ville soit exemplaire à cet effet et pose les bons gestes», a fait valoir Mme Deny.

Le problème actuellement, selon Mme Deny, c’est l’iniquité entre les employés automobilistes et ceux qui utilisent le transport en commun. «Plusieurs entreprises offrent, soit gratuitement ou à prix très bas, une place de stationnement à leurs employés. Finalement, c’est comme de l’argent qu’elle leur donne. Or, ceux qui utilisent le transport en commun ne reçoivent rien», regrette la directrice.

Une des façons de corriger cette situation, propose le CRE, est d’offrir le choix aux employés: soit l’employeur paie une partie ou la totalité de leur stationnement, soit il leur offre une somme équivalente en argent si l’employé utilise les transports collectifs. Cette mesure, appelée le «parking cash out», sera proposée par Projet Montréal dans une motion qui sera déposée au prochain conseil municipal. Sur Twitter, le responsable des transports à la Ville, Aref Salem, a dit qu’il s’agit d’une des options qu’étudiera la commission.

«Il ne faut plus que ce soit normal de subventionner les places des stationnements, alors que ceux qui viennent en transport collectif ou en vélo n’ont rien», avance Mme Deny.

Elle ajoute que l’offre de rabais sur la carte mensuelle pour le réseau de transport en commun, des stationnements sécurisés pour les vélos, des douches sur les lieux de travail et des stationnements près des entrées pour ceux qui font du covoiturage sont également à considérer pour des employeurs qui souhaitent favoriser les transports en commun et actifs.

L’École de technologie supérieure (ETS), par exemple, offre à ses employés, dans son programme incitatif de transport en commun, un minimum de trois mois de transport gratuit sur un abonnement annuel à la Société de transport de Montréal. Les étudiants peuvent également bénéficier d’un rabais de 6,75$ sur l’achat d’une passe mensuelle ou pour 4 mois.

 

 

Articles similaires