Montréal

Feu Vert… au ralenti

Feu Vert… au ralenti
Photo: Métro

Six mois après le lancement du programme Feu Vert, moins du tiers des ménages espérés ont profité de l’occasion pour retirer leur poêle à bois et recevoir 300$ du gouvernement.

En novembre dernier, le gouvernement a lancé conjointement avec Équiterre Feu Vert, qui incite les Montréalais à retirer leur poêle à bois en leur offrant 300 $ ou jusqu’à 900 $ pour le remplacer par un moins polluant.

Équiterre bénéficie d’une subvention de près 6 M$ du gouvernement. Avec ce montant, l’organisme évaluait pouvoir répondre à quelque 4500 foyers d’ici décembre 2012.

«Depuis, on a 1300 dossiers de projets qui ont été ouverts et un peu plus de la moitié ont été complétés», précise Isabelle St-Germain, coordonnatrice générale adjointe chez Équiterre.

Comme ce programme est unique en Amérique du Nord, l’organisme n’a pas de point de comparaison pour mesurer ces données préliminaires.

L’objectif d’atteindre près de 4500 ménages est tout de même jugé «très ambitieux» par Équiterre. «C’est un tout nouveau programme et on n’a pas beaucoup d’argent pour en faire la promotion», précise Mme St-Germain.

La question est donc de savoir si le programme sera reconduit et ce qui arrivera avec l’argent si la subvention n’est pas complètement utilisée avant l’échéance du programme, en décembre 2012? Et même si le programme connaît une popularité soudaine dans les prochains mois, la reconduite du programme n’est pas plus assurée.

Le chauffage résidentiel au bois, l’hiver, est directement responsable de plusieurs épisodes de smog en milieu urbain. Selon Équiterre,  plus de 85 000 résidences sur l’île de Montréal sont équipées d’un poêle ou d’un foyer et la majorité ne serait pas conforme aux critères actuels. Même si Feu vert réalise ses objectifs, le problème ne sera pas réglé.

Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs a précisé mercredi qu’il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité du programme et son éventuelle reconduction.

Au terme de cette évaluation, qui devrait se faire en décembre, le ministère pourrait étendre le programme à d’autres régions.

Qui est éligible?

  • Les Montréalais (incluant les résidants des villes liées) qui possèdent un poêle ou un foyer au bois en état de marche, installé avant 1990, non conforme aux normes de l’Environmental Protection Agency

À combien avez-vous droit?

  • 300 $ : Pour vous départir d’un vieux poêle ou foyer au bois.
  • Jusqu’à 900 $ : Pour remplacer un poêle ou un foyer par un appareil électrique, à granule, au gaz ou au propane.

Le montant varie en fonction des émissions rejetées par le poêle et de l’appareil de remplacement choisi.