Montréal
07:00 3 juillet 2015 | mise à jour le: 3 juillet 2015 à 10:17 Temps de lecture: 3 minutes

Près de 100 000$ en bonus en six ans pour le directeur général de DDO

Près de 100 000$ en bonus en six ans pour le directeur général de DDO
Photo: TC Media / Archives

EXCLUSIF logoEn pleine période d’austérité, le directeur général de la Ville de Dollard-des-Ormeaux a encaissé près de 100 000$ en bonus en six ans, selon des données obtenues par TC Media grâce à une demande d’accès à l’information.

De 2009 à 2014, huit gestionnaires se sont partagés pas moins de 172 340$ en «montant forfaitaire», tel que l’écrit la Ville dans le document fourni.

Au cours de ces six dernières années, le directeur général de la municipalité, Jack Benzaquen, a reçu au total 98 000$ en bonus, soit l’équivalent de 56,8% des 172 340$ remis. La balance, un montant de 74 340$ a été réparti en primes aux directeurs de service. À lui seul, M. Benzaquen a donc reçu près de 24 000$ de plus en bonus que tous les autres cadres réunis pendant la même période.

Les primes offertes à M. Benzaquen ont toujours évolué, à la hausse, allant de 10 000$ en 2009 jusqu’à 22 000$ en 2014 où le montant a plus que doublé. Pour les autres cadres, les montants varient de 1300$ à 4200$ et certains employés voient parfois leurs primes diminuer puis remonter.

«Montant important, mais justifié»
Questionné par TC Media sur le montant total touché par le DG, le maire de Dollard-des-Ormeaux, Edward Janiszewski convient que cette somme est importante. «Moi et les membres du conseil croyons par contre que ce montant est justifié», a-t-il mentionné.

Selon M. Janiszewski, les bonus accordés au directeur général se font en fonction d’une évaluation des économies que cet employé a été en mesure de faire bénéficier à la municipalité. Ceux-ci peuvent atteindre jusqu’à un maximum de 15% de son salaire.

«On ne voulait pas établir un niveau supplémentaire à son salaire au cas où on aurait à le remplacer un jour, alors on a choisi de miser sur les bonus pour reconnaître toutes les dépenses en moins qu’il permet de faire à la municipalité», explique M. Janiszewski.

Depuis son arrivée en poste en 2000, M. Benzaquen a notamment pris en charge toutes les négociations avec les employés syndiqués au lieu d’embaucher des avocats. Le projet de mise en place d’un système d’économie d’énergie au centre civique en 2014 a aussi été payant pour le DG. La facture de la Ville en électricité aurait été réduite de 300 000$ annuellement.

Selon Jack Benzaquen, il est normal pour lui de bénéficier d’un bonus puisqu’il a réalisé ses objectifs dans l’année. «Ce qui est important pour moi, ce sont les économies que je réussis à faire bénéficier la municipalité, indique-t-il. De cette façon, je paye en quelque sorte mon salaire.»

Pour Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, cette façon de fonctionner se défend, mais n’est pas l’idéal. «La bonne façon serait de revoir les tâches du directeur général, parce que dans les faits M. Benzaquen s’occupe par exemple de la négociation des relations de travail, mais on ne veut pas ajuster son salaire en fonction de cette nouvelle responsabilité au cas où le prochain DG ne serait pas outillé pour le faire à son tour», souligne-t-il.

Le salaire du directeur général était de 129 000$ en 2009 et de 150 600$ en 2014, sans compter les bonus.

Tableau bonus DDO 2

 

Articles similaires