Montréal
14:22 9 juillet 2015 | mise à jour le: 9 juillet 2015 à 14:43 Temps de lecture: 3 minutes

La recharge à distance de la carte Opus enfin disponible

La recharge à distance de la carte Opus enfin disponible
Photo: Marie-Eve Shaffer/Métro

Les usagers du transport en commun pourront maintenant recharger leur carte Opus à distance. Ils devront toutefois se procurer un lecteur pour effectuer des transactions.

«Ça prend un lecteur parce qu’il faut absolument déposer sur la puce la validation [du titre de transport] pour le mois, pour la semaine, et éventuellement pour un billet unitaire, a expliqué jeudi le président de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb.

«Avec la technologie qu’on a, on doit fonctionner comme cela, a ajouté M. Schnobb. On n’a pas le choix. On ne peut pas le faire de façon virtuelle.»

Le lecteur sera vendu au coût de 14,49$ sur les sites stm.opusenligne.ca ou opusenligne.ca, qui permettront également aux usagers des faire des transaction à l’aide d’une carte de crédit. La décision de vendre le lecteur et non de le donner a été prise afin que les usagers y fasse attention, a indiqué le président de la STM.

Environ 600 000 usagers, qui achètent régulièrement des titres de transport sur leur carte Opus, pourraient être intéressés à se procurer le lecteur.

En plus des bus de la STM et du métro, la recharge à distance sera offerte dans les réseaux de transport en commun de Laval, de Longueuil et de l’Agence métropolitaine de transport, ainsi que les conseils intermunicipaux de transport qui utilisent la carte Opus.

Le projet a coûté près de 7,6M$. Ottawa et Québec en ont assumé une partie. Le reste de la facture a été partagé parmi les sociétés de transport.

A priori, la recharge à distance de la carte devait devenir possible à la fin de 2013. Un projet pilote avait été réalisé en 2011 avec quelque 1500 clients de la STM. Ces derniers avaient été satisfaits du service dans une proportion de 92%. Philippe Schnobb a attribué les retards aux tests qui ont dû être faits pour garantir la sécurité des transactions et à l’évolution des technologies.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes se sont moqué de ce projet, jugeant que la technologie utilisée pour la recharge à distance est arriérée. Le mot-clic #InnoverCommeLaSTM a d’ailleurs été le plus populaire pendant quelques heure à Montréal. La STM a répondu en indiquant le projet de recharge à distance progressera. Elle a également fait savoir qu’elle étudie le paiement mobile.

«La prochaine étape, ce sera de pouvoir faire ces transactions par téléphone intelligent, a dit le président de la STM. On travaille déjà là-dessus. C’est une technologie qui n’est pas tout à fait au point. Il faut encore travailler sur la mise au point.»

La STM et les autres autorités de transport ont à l’œil la technologie Near Field Communiciation (NFC) que contient notamment le Iphone 6. Celle-ci leur évitera de modifier leur boîte de perception, contrairement au code QR, dont le système de sécurité présente des failles.

Articles similaires