Actualités

Les Expos à Montréal? Pas au Stade olympique, selon la RIO

Les Expos à Montréal? Pas au Stade olympique, selon la RIO
Photo: Patrick Beaudry/Collaboration spéciale

Alors que le maire Denis Coderre multiplie les manoeuvres pour le retour des Expos à Montréal, la Régie des installations olympique (RIO) affirme que le Stade olympique ne pourrait pas devenir la maison temporaire du baseball majeur dans l’attente de la construction d’un stade au centre-ville. Le toit serait trop fragile pour accueillir une équipe pour une saison entière.

Lors de l’intronisation de Pedro Martinez au Temple de la renommée du baseball, le maire avait affirmé qu’il n’y avait plus de doute dans son esprit et que Montréal retrouverait le baseball majeur. «Dans ma tête, ce n’est pas si, c’est quand», avait-il alors lancé.

Si les choses se bousculent, une équipe pourrait déménager dans la métropole avant la construction d’un stade au centre-ville. Dans cette optique, le Stade olympique ne pourrait pas lui servir de demeure transitoire, selon la RIO.

«Nous devons suivre notre protocole de sécurité à cause de la fragilité du toit ce qui rend la tenue de matchs précaires», indique le président-directeur général du Parc olympique, Michel Labrecque.

En effet, aucun événement ne peut avoir lieu dans le Stade olympique lorsqu’il y a une chance d’accumulation de plus de trois centimètres de neige ou trois millimètres de pluie verglaçante sur la toile. Le poids causé par ces amas risque de la déchirer, ce qui est survenu en 1999, lors du Salon de l’automobile.

Il est donc malheureusement impossible que le Stade olympique puisse accueillir, même temporairement, une équipe professionnelle pendant une saison complète.

Investissements
Outre le toit, la RIO croit que le Stade olympique pourrait convenir aux besoins du baseball majeur. D’autant plus que 100 M$ seront investis dans divers travaux, au cours des cinq prochaines années.

Même s’il est vieillissant, «le Stade est en bonne santé, affirme M. Labrecque. Comme tout bâtiment, nous devons faire des travaux d’entretiens et de réparation régulièrement. C’est dû à l’usure du temps et à son utilisation».

Le plus gros chantier sera celui de la mise aux normes de la tour et du funiculaire qui s’élèvera à une quarantaine de millions.

Le président-directeur général voudrait également se pencher sur l’amélioration de l’expérience client au Stade olympique. Les systèmes d’éclairage, de chauffage et de son sont d’ailleurs des éléments prioritaires.

«Nous voulons également rénover les concessions alimentaires, ajouter des écrans géants et améliorer les lieux d’attente. Nous voudrions aussi ajouter l’accès au WiFi», explique-t-il.

Le Parc olympique a d’ailleurs refait les loges, lors des compétitions de la FIFA, qui se sont déroulées cet été.

Matchs ponctuels
Depuis 2014, Evenko organise des matchs préparatoires des Blue Jays de Toronto au Stade olympique. Le succès de ces événements, qui ont accueilli près de 200 000 spectateurs en quatre parties, marque l’intérêt de la ville pour le baseball et prouve que le Stade olympique peut accueillir ce type de rencontre, mentionne Evenko.

D’ailleurs, l’entreprise «devrait présenter deux autres matchs préparatoires des Blue Jays, l’an prochain, mais rien n’est encore confirmé», précise Christine Montreuil, gestionnaire aux relations publiques chez Evenko.

«Avec un nouveau toit, nous pourrions accueillir tout type d’événement, et ce à longueur d’année», ajoute M. Labrecque. Ainsi, les journées d’occupation du stade pourraient passer de 150 à 225 annuellement, estime le président-directeur général.

Jean Gosselin, spécialiste en marketing sportif et grand partisan du retour du baseball à Montréal, croit que le Stade olympique, malgré sa mauvaise réputation auprès des Montréalais, serait une bonne option, en attendant un nouveau stade.

«Nous n’avons pas le choix. Il n’y a pas d’autres amphithéâtres à Montréal pouvant accueillir le baseball majeur. Le Stade olympique l’a reçu pendant des années, pourquoi ne pas le refaire.»

Le Parc olympique doit remettre au gouvernement provincial un rapport sur les différentes options pour un futur toit, cet automne. Les élus se pencheront par la suite sur quel projet conviendrait le plus pour la troisième toiture du Stade olympique.