Montréal

L’Orchestre de chambre de Montréal: le premier concert de la saison en péril

Photo: Tirée de Facebook

L’Orchestre de chambre de Montréal (OCM) traverse une crise. Abandonné par son commanditaire principal Domtar, l’orchestre s’est tourné vers Kickstarter, pour financer le premier concert de sa 41ème saison. Mais à quelques semaines de celui-ci, des dizaines de milliers de dollars manquent toujours à l’appel.

«Pour le moment, on essaie de sauver seulement nos concerts de soir. Nous avons déjà laissé derrière les matinées pour les enfants, les concerts pour les aînés, raconte Wanda Kaluzny, chef d’orchestre et directrice artistique de l’OCM. Après toutes ces années, c’est vraiment difficile de dire aux écoles et aux organismes « désolé nous ne pourrons pas cette année »», raconte Wanda Kaluzny, chef d’orchestre et directrice artistique de l’OCM.

En mars dernier, l’orchestre qui s’est produit pendant de nombreuses années à la salle Claude-Champagne d’Outremont, a perdu la totalité de son budget. «Nos concerts étaient planifiés et notre commanditaire principal, Domtar, avait donné son approbation, mais il nous a aussi laisser-tomber juste avant le début de la saison», explique Mme Kaluzny. Selon la chef d’orchestre, il est difficile de trouver d’autres commanditaires à ce temps-ci de l’année puisque les budgets des compagnies ont déjà été bouclés.

Le budget annuel de l’orchestre est de 400 000$. Un seul concert coute jusqu’à 40 000$ en frais de location de salle, de cachets pour les musiciens et les solistes, de publicité, etc. La récente campagne lancée sur Kickstarter visait à amasser ce montant, mais à un peu plus de deux semaines de la date butoir, ils n’en sont qu’à 6500$.

Bien qu’optimiste Mme Kaluzny, s’inquiète de voir l’orchestre, qu’elle a fondé en 1974, disparaître. «Il y a quatre orchestres de chambre à Montréal, mais je crois que nous sommes celle qui sort le plus de sentiers battus, celle qui ose donner le plancher à des jeunes talents encore méconnus», lance-t-elle.

Recherche intensive
Domtar qui les a soutenus financièrement durant les 5 dernières années, contribuait à hauteur de 100 000$, en plus d’aider l’orchestre à trouver les autres commanditaires.

«Comme vous le savez, l’engagement de Domtar envers l’OCM n’était pas permanent et la compagnie se dirige actuellement vers un modèle philanthropique qui est plus en lien avec nos produits», peut-on lire dans une lettre signée par le président de la compagnie de pâte et papier, John D. Williams, obtenue par TC Média.

Les 32 musiciens que compte l’orchestre classique vivront dans l’incertitude jusqu’au concert du 29 septembre. Les musiciens à la pige engagés par l’OCM ont des revenus assez modestes, selon Paul Marcotte, responsable du développement du personnel et corniste au sein de l’OCM, qui précise que chaque contrat compte pour leurs musiciens.

«Ce n’est pas notre première crise, nous en avons traversé une avant l’arrivée de Domtar et nous en sommes sortis. Après 42 ans d’existence, personne ici n’a l’intention de lâcher», rassure M. Marcotte.

Wanda
Wanda Kaluzny, chef d’orchestre et directrice artistique de l’OCM.

À 20 ans, en créant l’OCM, Wanda Kaluzny est devenue la première femme et la plus jeune chef d’orchestre du Canada. Depuis, l’Orchestre explore un répertoire diversifié et peu connu, touchant aussi bien la musique classique que contemporaine.

L’OCM a exécuté plus d’une vingtaine d’œuvres canadiennes, dont certaines ont été écrites spécifiquement pour l’Orchestre. Nombre de leurs prestations ont été diffusées à la télévision canadienne et américaine ainsi qu’à la radio.

Articles récents du même sujet