Le Plateau-Mont-Royal

QS somme l’arrêt de la vente du 3725 rue Saint-Denis

Photo: Catherine Bouchard/TC Media

Les députés de Québec solidaire du Plateau-Mont-Royal, Amir Khadir et Manon Massé, accompagnés par des intervenants du milieu communautaire sonnent l’alarme contre la vente au privé de bâtiments excédentaires, tout particulièrement dans le cas du 3725 rue Saint-Denis.

Rappelons que l’ancienne Institution des sourdes-muettes, qui logeait les bureaux de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal sera mis en vente éminemment, puisque le bâtiment est devenu excédentaire. Un appel d’offre a été lancé pour trouver un agent immobilier, qui liquidera l’édifice. Le milieu communautaire et les députés de Québec solidaire exigent que le bâtiment patrimonial conserve une vocation publique.

«La communauté déplore le manque de logements sociaux dans le secteur et avec le rapport du Directeur de la santé publique, le gouvernement a le devoir d’agir. Dans mon comté, les espaces sont inaccessibles aux groupes communautaires, en raison du prix des loyers. Ce bâtiment devrait donc aussi leur offrir un espace abordable», indique la députée de Saint-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

L’élue mentionne toutefois qu’une vocation mixe, alliant privé et public pourrait être envisagée.

Des groupes communautaires s’organisent actuellement, dans Le Plateau-Mont-Royal, à la suite de l’appel d’offre émis, il y a deux semaines, pour la vente de l’édifice patrimonial de plus de 100 ans.

IMG_6251[1]«Nous sommes plus de 26 organismes à s’être réuni sur la question de l’Hôtel-Dieu et nous en avons profité pour aussi discuter du 3725 rue Saint-Denis, après l’annonce. Nous travaillons sur un projet porteur pour la communauté, qu’on présentera au gouvernement, si on nous laisse le temps», indique Fulvia Spadari, du regroupement d’organismes communautaires de l’arrondissement Action solidarité Grand Plateau.

Avenir incertain pour le CPE La Fontaine
La CPE La Fontaine est menacée par cette mise en vente de l’immeuble, puisqu’il loge dans ce bâtiment. L’organisme venait d’obtenir une toute nouvelle cours pour les 138 enfants qui fréquentent les lieux.

«Ils ont la volonté de rester là, mais c’est certain que si le gouvernement vend à un promoteur privé, ce dernier risque d’imposer un loyer trop cher pour ce qu’ils peuvent payer», indique le député de Québec solidaire, Amir Khadir.

Au moment d’écrire ces lignes, la CPE La Fontaine n’avait pas retourné nos appels.

L’élu met aussi en garde résidents et commerçants du secteur.

«Si l’immeuble est vendu à un promoteur privé, il y fera des condos de luxe. Ça signifiera une hausse de la valeur foncière dans le secteur, donc, une hausse des taxes municipales pour les propriétaires adjacents. C’est sans compter que les loyers des locaux commercaux sur Saint-Denis augmenteront aussi en résultant de cette hausse foncière. Personne n’est gagnant dans cette situation», croit-il.

Plusieurs bâtiments excédentaires patrimoniaux sont mis en vente par le gourvenement du Québec dans le quartier. C’est le cas de l’Institut thoracique et de l’Hôtel-Dieu, entre autres, où la communauté se mobilise depuis quelques temps déjà pour tenter de garder une vocation publique, notamment avec des logements sociaux pour ces bâtiments.

Articles récents du même sujet