Le Plateau-Mont-Royal
18:16 5 novembre 2015 | mise à jour le: 5 novembre 2015 à 18:24 temps de lecture: 2 minutes

De magnifiques murales grâce aux contrevenants

De magnifiques murales grâce aux contrevenants
Photo: Collaboration spéciale

Un total de 17 000$ ont été récoltés en 2014 grâce aux frais de nettoyage imposés par l’arrondissement aux graffiteurs pris la main dans le sac à faire des «tags». Ces sommes ont en partie financé la création de trois fresques sur des murs de bâtiments du Plateau-Mont-Royal.

Le programme Muralité, qui s’inscrit dans la lutte aux graffitis, en est à sa deuxième année. Son budget est de 34 000$, financé par l’arrondissement et les sommes payées par les vandales. Il sert à payer pour la création d’œuvres d’art publiques.

En 2014, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a émis 47 constats d’infraction dans le secteur, qui sont de 1000$ pour une première offense. La ville-centre récupère ces montants, mais l’arrondissement facture les frais de nettoyage.

Grâce à ces montants, trois murales auront vu le jour en 2015, dont celle au 4532 rue Drolet, conçue par Carlos Oliva. Les deux autres ont été peintes sur des immeubles du boulevard Saint-Laurent, une initiative de MU, et de la rue Saint-Hubert, de Art commun.

5665, St-Laurent- Jason CantoroMU a vu une opportunité avec les cinq cases de l’immeuble du 5665 boulevard Saint-Laurent d’honorer le cinéaste Normand McLaren, dans le cadre du programme les grands bâtisseurs de Montréal.

«On voulait donner une impression d’image par image, en l’honneur des courts-métrages d’animation que M. McLaren faisait. La murale a été conçue par l’artiste Jason Cantoro, mais réalisée par Annie Hamel et l’équipe de MU», indique Caroline Marinacci, de MU.

La fresque sur le boulevard Saint-Laurent a été complétée le 16 octobre dernier et sera bientôt inaugurée.

L’administration locale a reçu peu de propositions de murales et a donc financé moins de projets que ce qu’elle aurait pu.

«Il restait de l’argent de l’enveloppe de cette année […] mais ces sommes ont été investies dans d’autres projets, comme des retouches sur des murales existantes ou des cabanons de parc souvent la proie de graffitis», explique la chargée de communications du Plateau-Mont-Royal, Catherine Piazzon.