IDS-Verdun

Eaux usées: Environnement Canada ne se mouille pas

Environnement Canada n’a pris aucune décision dans le dossier du déversement de huit milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent par la ville de Montréal. Le ministère a cependant conclu vendredi qu’il serait moins dommageable d’aller de l’avant avec ce qui avait été proposé par la Ville. Le plan établi par celle-ci devrait toutefois être amélioré.

Bien que les experts indépendants mandatés de faire le rapport n’aient pas fait de recommandations explicites à la ministre de l’Environnement Catherine McKenna, la conclusion du rapport présenté vendredi semble donner raison à la Ville.

Si les travaux sur les égouts ne sont pas effectués, des bris pourraient éventuellement mener à un déversement non planifié qui entrainerait des effets plus néfastes. «Le système est vieux, ne pas faire les travaux pourrait résulter en de plus grands impacts» conclut le rapport.

Mesures d’atténuation et de suivi
Environnement Canada propose par ailleurs trois mesures d’atténuation advenant le cas de complications.
Parmi celles-ci, on note l’établissement d’un plan d’urgence de nettoyage, en particulier près des îles de Sorel-Tracy, et considérer la mise en place d’une unité de traitement des eaux usées mobiles qui pourrait être utilisée près des zones à risque comme les hôpitaux.

Trois mesures de suivi ont également été proposées par Environnement Canada.

Montréal devrait d’abord maintenir son plan de suivi pour une période dépassant celle du déversement, soit jusqu’à ce que les indicateurs de qualité de l’eau reviennent à leur valeur normale.

Une caractérisation de la toxicité de l’eau et des sédiments devrait également être effectuée dans les zones critiques. Malgré le faible risque d’impact, Environnement Canada recommande finalement un suivi rigoureux des usines de traitement d’eau potable.

La ministre Mckenna a affirmé mercredi dernier qu’elle rendrait une décision prochainement. Il s’agira de sa première décision dans ses nouvelles fonctions. Sur le chemin du retour d’une mission économique en Chine, le maire Denis Coderre n’a pas encore réagi au rapport.

La ville de Montréal avait annoncé qu’elle déverserait huit milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent pendant une semaine à compter du 18 octobre. L’indignation collective avait entraîné un arrêt ministériel sous l’ancien gouvernement conservateur jusqu’à ce que le rapport d’Environnement Canada soit soumis.

Articles récents du même sujet