Lachine & Dorval
14:54 13 janvier 2016 | mise à jour le: 13 janvier 2016 à 15:58 Temps de lecture: 3 minutes

Dorval: des condos soulèvent la grogne

Dorval: des condos soulèvent la grogne
Photo: Collaboration spéciale/Cité de Dorval

La salle comble du centre communautaire Sarto-Desnoyers témoignait bien l’inquiétude que suscite le projet de condos sur le chemin Bord-du-Lac à Dorval. L’ensoleillement, le stationnement et la dévaluation des propriétés étaient au cœur des préoccupations des citoyens qui ont participé à la consultation publique du mardi 11 janvier.

Les élus et l’architecte du projet, Stefano Domenici, ont vanté les mérites de la tour de six étages qui abriterait 108 espaces de stationnement semi-souterrains et 63 unités dédiés aux retraités qui ne veulent plus s’occuper d’une maison, et faire leurs emplettes et activités à pied.

« Nous voulons construire un immeuble qui rendra les citoyens de Dorval fiers et qui sera un pivot pour le village », a répété à plusieurs reprises M. Domeneci, aussi représentant des promoteurs.

De nombreux citoyens se sont tout de même vivement opposés au projet, notamment en raison du coût moyen évalué à quelque 300$ du pied carré.

« À ce prix, vous vendez en-dessous de mon coût d’achat et vous diluez le marché en l’innondant de condos qui ne se vendront pas », s’est exclamé Louis-Phillipe St-Michel, un des copropriétaires de l’édifice voisin, le Lakeshore.

Les résidents du côté est de la bâtisse ont été sans contredit les plus loquaces, parce qu’ils seront les plus affectés par la nouvelle construction, notamment en perdant la plus-value de leur vue sur l’eau, sans compter l’ensoleillement.

Mais c’est le peu de distance entre les deux édifices, estimée à environ 9 mètres, qui a surtout choqué. « À cette distance, je vais être capable de serrer la main à mon voisin d’en face », s’est indigné Erik Pennel.

Économie
Pour le maire de Dorval, Edgar Rouleau, qui refuse pour l’instant de se prononcer sur la pertinence du projet, la situation économique précaire du village pourrait bénéficier de l’arrivée de nouveaux résidents dans le secteur.

« Notre économie ne va pas bien. Avec l’arrivée de l’internet, les gens n’achètent plus localement et ça nous coûte cher socialement », explique-t-il.

Plusieurs commerces sont vacants depuis longtemps, d’où la pertinence de réduire selon lui le zonage commercial pour permettre la construction de l’immeuble à condos.

Ce qu’ont réfuté certains citoyens. « Si on compare, le village de Pointe-Claire semble très bien se débrouiller sans l’un de ces monstres », s’est objectée Rachel Fournier sous les applaudissements de l’assemblée.

Le projet a été mis à l’ordre du jour du prochain caucus du conseil municipal. Les élus devront ensuite choisir parmi trois options lors de la séance publique du 22 février: adopter le projet tel quel, l’adopter avec des modifications ou le rejeter.

Si le projet est accepté, les résidents du voisinage devront signifier leur désaccord pour exiger un registre et un référendum. Douze signatures sont nécessaires d’ici le 27 mars pour se qualifier au registre.

Articles similaires