Le Plateau-Mont-Royal
20:18 18 février 2016 | mise à jour le: 18 février 2016 à 20:26 Temps de lecture: 2 minutes

Quitter le Dix30 pour rester au Plateau

Quitter le Dix30 pour rester au Plateau
Photo: Catherine Bouchard/ TC Media

Un magasin de chaussures du Plateau-Mont-Royal a fermé le 31 décembre sa succurcale au Dix30. Tony Pappas, qui a pignon sur l’avenue du Mont-Royal depuis 1900, juge que son aventure sur la Rive-Sud s’est avérée non rentable.

«On avait ouvert en novembre 2012. On voulait aller rejoindre notre clientèle qui avait quitté vers la banlieue. L’achalandage n’était toutefois pas au rendez-vous. Nos clients nous appelaient pour dire qu’ils ne trouvaient pas notre boutique dans le Dix30 et qu’ils iraient, tout compte fait, sur Mont-Royal», explique la copropriétaire de l’entreprise, Manon Gauthier.

La boutique centenaire espérait également désengorger son point de service du Plateau-Mont-Royal. Le fait que les commerces ne sont pas tous indiqués dans le «lifestyle centre» posait notamment problème.

«On avait pourtant fait une étude de marché avant. Est-ce qu’on a choisi un mauvais emplacement? Peut-être. On va se concentrer sur notre point de service sur l’avenue du Mont-Royal et miser sur la boutique en ligne, sur le web depuis le 1er décembre, et dont on fera le lancement au printemps», soutient Mme Gauthier.

Constance
La Société de développement de l’avenue du Mont-Royal (SDAMR) se réjouit du succès de la boutique originale.

«Malgré tous les chamboulements que subit le commerce de détail depuis quelques années, il faut admettre que l’avenue du Mont-Royal demeure une destination commerciale prisée autant par les investisseurs que les clients», croit le directeur général, Charles-Olivier Mercier.

Le taux d’inoccupation de la rue commerciale tourne autour de 3,68%, alors que la moyenne de la région métropolitaine de recensement (RMR) se situe à 9,8%.

M. Mercier ne crie toutefois pas victoire.

«En 2015, si 29 entreprises ont quitté l’avenue, ce sont tout de même 41 qui y ont ouvert leurs portes. Il reste maintenant à voir si la qualité et la diversité commerciale se maintiennent, d’où la nécessité de poursuivre les efforts en matière de soutien, d’embellissement et d’animation de l’artère commerciale.»

Selon lui, le virage numérique fait partie de la voie de salut pour plusieurs commerces, notamment dans le secteur de la mode.

Articles similaires