Montréal

Le casse-tête des terrains vacants

Le casse-tête des terrains vacants
Photo by: Mario Beauregard/Métro

Si un citoyen veut aménager un potager ou embellir un terrain vacant qui appartient à la Ville de Montréal, il doit s’armer de patience parce que ses démarches risquent d’être longues et complexes. C’est ce que déplore l’organisme Lande dans sa première étude sur le sujet qui sera rendue publique aujourd’hui.

«Un terrain vacant, c’est un irritant sur le plan de la sécurité, de la criminalité et de l’environnement, a fait valoir l’urbaniste et co-fondateur de Lande, Mikael St-Pierre, à Métro. Chaque 1er juillet, allez voir sur un terrain vacant et vous allez voir des frigos, des sofas… Un terrain vacant dans un quartier, ça peut faire perdre jusqu’à 15 % de leur valeur aux bâtiments.»

L’organisme, qui rassemble de jeunes professionnels en urbanisme, en droit et en gestion de travail communautaire, suggère à la Ville de mettre en place une espèce de guichet unique auquel les citoyens qui veulent développer un terrain vacant pourraient s’adresser, un peu comme à Philadelphie. Une politique pourrait aussi être adoptée pour simplifier les démarches.

Actuellement, les citoyens qui veulent se réapproprier temporairement un terrain vacant peuvent patienter jusqu’à un an avant d’avoir l’autorisation de la Ville, selon les recherches et les entrevues que Lande a effectuées dans les derniers mois.

«En fait, selon la réglementation en vigueur, si un citoyen veut faire un jardin sur un terrain vacant public, il doit faire une demande d’occupation du domaine public, avec les frais qui viennent avec (environ 400$), et doit détenir une assurance de responsabilité civile de 2M$. Évidemment, ce n’est pas réaliste, ça ne va pas pousser l’innovation», a regretté Mikael St-Pierre.

La demande du citoyen doit passer par l’arrondissement, puis se rendre à la ville centre avant de revenir pour un vote à l’arrondissement. «Cela montre qu’avoir accès à un terrain vacant à Montréal représente une entreprise de longue haleine qui demande patience, ressources et démarchage politique. Or, ces conditions sont rarement toutes réunies pour les regroupements de citoyens bénévoles», indique Lande dans son étude.

«Il n’y a pas de cadre. Les gens ne savent pas si ça prend une autorisation ou pas à qui s’adresser: ça les freine. Certains abandonnent après avoir lancé des demandes, ou alors des citoyens vont de l’avant sans autorisation et le projet se fait arracher. Ça ne fait pas avancer la cause.» -Mikael St-Pierre, urbaniste et co-fondateur de Lande

L’organisation espère que, si Montréal allait de l’avant avec un projet pilote dans lequel un seul point de chute serait créé pour les demandes d’utilisation des terrains vacants, la Ville développerait par la suite une politique qui clarifierait et simplifierait les démarches. Idéalement, sans permis, ni assurance astronomique, espère M. St-Pierre.

Questionnée à ce sujet, la Ville de Montréal a indiqué à Métro que le responsable de l’urbanisme au comité exécutif, Russell Copeman, avait rencontré Lande en septembre dernier. M. Copeman «maintient, à ce jour, l’engagement d’étudier leurs propositions», a précisé la Ville.

ACTU - Terrain vacant - crédit Lande

L’organisme Lande, qui était l’un des projets sélectionnés par Je vois Montréal, se donne pour mission de faciliter la réappropriation permanente ou temporaire des terrains vacants montréalais par les résidants.

Engouement citoyen

Il existe 25 km2 de terrains vacants dans la métropole, dont le tiers est public, d’après des données de 2010 de la Ville de Montréal. Lande a répertorié au cours de la dernière année pas moins de 120 terrains vacants – publics et privés –, qui ont été cartographiés sur son portail web.

Il s’agit, entre autres, de petites parcelles de terre entre deux bâtiments et qui, au fil du temps, ont été acquises par la Ville de Mont­réal. «On trouve qu’ils ont un beau potentiel pour une utilisation temporaire et, étonnamment, on en trouve beaucoup à Montréal», a indiqué M. St-Pierre.

D’autres terrains résiduels, des terrains en friche en bordure de chemins de fer ou du canal de Lachine, sont également de bons exemples de terrains publics vacants où il serait bon de laisser les citoyens et les organismes faire un travail de revitalisation – à leurs frais – afin d’enrayer les irritants.

«En attendant qu’il y ait des condos qui se construisent, est-ce qu’on ne peut pas faire quelque chose d’intéressant avec ces terrains?» a demandé l’urbaniste.

À plus grande échelle, on peut penser au Village éphémère comme projet de réappropriation de terrains vacants. De plus petits projets citoyens, «il y en a, mais moins», regrette cependant M. St-Pierre.

Toutefois, l’intérêt des citoyens est notable à Montréal pour ce type de projet de réappropriation, note Mikael St-Pierre. «On a lancé notre portail web il y a un peu moins d’un an. Depuis, plus de 1 000 personnes nous ont signifié leur intérêt, soit à être informés sur un terrain en particulier, soit à amorcer un projet de réappropriation», s’est-il réjoui.

«Il est important pour nous de créer un cadre pour ces projets citoyens parce qu’on le voit depuis quelques années, il y a de plus en plus d’engouement et la tendance va continuer», a souligné M. St-Pierre.

«Ça prend du temps»

ACTU - Sentier urbain

L’organisme Sentier Urbain a maintenant développé une expertise dans la réappropriation et le verdissement de terrains vacants, autant publics que privés. Pierre Dénommé, directeur de Sentier Urbain, recon­naît que, pour demander une autorisation pour un terrain public, «ça prend du temps». L’organisme fait de la représentation politique et peut obtenir la confiance des autorités avec le succès de ses projets précédents, ce qui n’est pas donné à tous les citoyens. «C’est complexe, même pour un organisme comme nous. Ce ne sont pas des dossiers simples», dit-il. Pierre Dénommé serait en faveur d’une simplification du processus pour encourager davantage la participation citoyenne. Il mentionne tout de même que la Ville devrait faire des vérifications pour s’assurer du sérieux des projets citoyens et préciser à qui incombe la responsabilité en cas d’incidents.

«On se perdait dans les dédales administratifs»

ACTU - Myriam Moore 01Un groupe de citoyens bénévoles qui a amorcé il y a deux ans le projet Jardin du Marché s’était donné comme mission de se réapproprier un terrain asphalté public laissé vacant près du marché Jean-Talon. Ils ont aménagé un potager et, maintenant, plusieurs personnes du voisinage mettent la main à la pâte. Ils sont actuellement «tolérés», mais pourraient être forcés de partir bientôt. «On avait commencé des démarches avec l’arrondissement pour obtenir l’autorisation, mais ça devenait trop compliqué et on ne pouvait y consacrer tout notre temps, a confié à Métro Myriam Moore, l’une des initiatrices du projet. Il y avait beaucoup de flou. On ne savait jamais à qui s’adresser, qui avait le pouvoir pour agir, et on se perdait dans les dédales administratifs.» Elle est en faveur de la désignation d’une instance de référence pour ces demandes.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *