Montréal
11:24 12 mai 2016 | mise à jour le: 12 mai 2016 à 16:22 temps de lecture: 4 minutes

Une première vélorue à Montréal

Une première vélorue à Montréal
Photo: Archives Métro

Après trois ans d’attente, une première vélorue sera aménagée cette année à Montréal.

Ce «lien cyclable à haut débit» se trouvera sur la rue Saint-André, entre l’avenue Laurier et la rue Cherrier, dans l’arrondissement du Plateau–Mont-Royal. L’an prochain, le même tronçon de la rue Mentana deviendra aussi une vélorue.

«C’est un espace partagé où on [abaisse] la vitesse des automobilistes et où les cyclistes ont le droit de circuler où ils veulent sur la chaussée», a expliqué jeudi le responsable des dossiers vélo dans l’administration du maire Coderre, Marc-André Gadoury, lors du dévoilement de la programmation des voies cyclables en 2016-2017.

[À lire aussi: Qu’est-ce qu’une vélorue?]

En plus d’une nouvelle signalisation, du marquage au sol forcera les automobilistes à emprunter la vélorue sur une courte distance à très basse vitesse.

«J’espère bien que [ce] projet pilote de vélorue sur la rue Saint-André va nous permettre d’appliquer ce concept dans d’autres secteur de la ville, notamment à Ville-Marie, dans le Sud-Ouest, dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve», a dit M. Gadoury. Ce dernier a indiqué que les autorités municipales ont décidé de réalisera la première vélorue cette année, plutôt que l’an dernier, afin que les travaux soient coordonnées avec ceux du service de l’eau

La vélorue fait partie des 63 projets de développement de voie cyclables qui verront le jour en 2016-2017. Cinquante-sept kilomètres seront ajoutés au réseau cyclable montréalais, qui en compte actuellement 733km. L’administration du maire Coderre allongera pour ce faire 15M$.

Carte réseau cyclable - copie
Cliquez pour voir le détail de l’ensemble des projets

Parmi les autres projets qui ont été retenus, il y a le prolongement de la piste cyclable du boulevard de Maisonneuve vers l’est, entre les rues Berri et Alexandre-de-Sève, qui avait été reporté en raison de travaux de la Société de transport de Montréal à proximité. Dans LaSalle, une passerelle sera construite pour relier les voies cyclables du canal Lachine et du canal de l’Aqueduc.

Des voies cyclables seront également réparées, notamment sur la rue Clark, entre la rue de l’Arcade et l’avenue Laurier, et sur la rue Rachel, entre l’avenue des Érables et la rue Hogan, dans le Plateau–Mont-Royal. Des travaux seront aussi réalisés sur la rue Notre-Dame, entre l’avenue Georges-V et l’avenue Denis, dans Montréal-Est.

Projet Montréal a déploré l’absence de lien cyclable structurant. «On a l’impression que [les autorités municipales] agissent à la petite semaine, a dit la conseillère de De Lorimier, Marianne Giguère. Année après année, on ajoute des kilomètres. Il n’y a pas de véritable plan directeur. On n’a pas l’impression de savoir où on s’en va. On n’a pas de hiérarchisation du réseau.»

Mme Giguère a souligné qu’au cours des deux dernières années, 90% des kilomètres de voies cyclables aménagées étaient des bandes cyclables, qui sont en fait une ligne blanche marquée au sol, plutôt que des pistes cyclables protégées par un muret de béton. Elle croit que la Ville devrait réaliser moins de kilomètres de voies cyclables pour en assurer leur qualité.

L’organisateur du Tour du silence, Geoffrey Bush, pense aussi que les pistes cyclables en site protégé représentent une meilleure solution pour protéger les cyclistes, notamment de l’emportiérage. Ils ont aussi le mérite d’attirer de nouveaux adeptes du vélo, selon lui

Quant à l’organisme Vélo-Québec, il a apprécié le plan de la Ville, qui inclut à la fois des pistes cyclables en site propre que des bandes cyclables. Son directeur de la recherche, Marc Jolicoeur, a toutefois déploré l’absence de lien cyclable vers l’est pour rejoindre Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. «On pousse pour avoir plus de liens vers les autres quartiers», a-t-il dit.

Articles similaires