Soutenez

La défavorisation persiste à Montréal

Photo: Collaboration spéciale

Les inégalités sociales et économiques se creusent à Montréal. L’indice de défavorisation matérielle est à la hausse depuis 2001, selon un rapport publié par la Direction régionale de santé publique de Montréal.

De 2001 à 2011, la défavorisation matérielle a augmenté de quatre points de pourcentage dans la région métropolitaine faisant que les gens vivant dans ces conditions sont maintenant majoritaires, selon des données publiées dans le Regard sur la défavorisation

«L’écart et les inégalités persistent à Montréal et la situation ne semble pas sur le point de s’améliorer», déplore Louis-Robert Frigault, chef de service au Service des connaissances de la Direction régionale de santé publique du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Plus de 36% de la population montréalaise vit dans des conditions socialement défavorables contre 19,8% pour le reste du Québec. C’est d’ailleurs la région la plus touchée dans la province dans cette catégorie.

Impacts
Lorsqu’un citoyen vit dans une situation de défavorisation sa santé est en jeu, affirme M. Frigault.

«Une personne vivant dans des conditions moins favorables matériellement aura plus de risque de souffrir de maladies chroniques, d’obésité, de tabagisme et de mourir jeune. C’est une population qui demande plus de soin.»

Selon l’État de santé de la population, une personne vivant dans Lac-Saint-Louis, où la défavorisation y est moins présente vivra huit ans de plus qu’une personne vivant à Hochelaga-Maisonneuve, où la défavorisation y est plus accentuée.

Les conséquences se font également sentir en bas âge, fait savoir le chef de service.

«Un enfant né dans un milieu vulnérable sera en retard dès son entrée à l’école, comparé à un élève issu d’un milieu favorisé.»

Des changements
À la suite de la publication de ce rapport, il est «important d’agir pour tenter de renverser la vapeur», estime M. Frigault.

«Nous avons la base pour aligner des actions en santé publique. Nous savons où cibler nos efforts et il y a, notamment du travail à faire avec le milieu scolaire», mentionne-t-il.

La DSP avec le CIUSSS est en train d’élaborer son plan d’action régional intégré où plusieurs projets prioritaires y seront étayés. Celui-ci devrait être publié cet automne.

Défavorisé matériellement?
La défavorisation matérielle touche trois critères, soit la scolarité, l’emploi et le revenu. Les territoires ayant un indice de défavorisation matérielle élevé sont les endroits où l’on retrouve le plus gens sans diplôme, sans-emploi et sous le seuil du faible revenu.

Défavorisé socialement?

La défavorisation sociale traite de la structure familiale et l’état matrimonial. Les secteurs ayant un indice de défavorisation sociale élevé sont les lieux où l’on retrouve le plus de gens vivant seuls, de familles monoparentales et de personnes divorcées ou séparées.

Les cinq quartiers les plus défavorisés matériellement

  1. Saint-Michel
  2. Montréal-Nord
  3. Saint-Léonard
  4. Pointe-Saint-Charles
  5. Hochelaga-Maisonneuve

Les cinq quartiers les plus défavorisés socialement

  1. Pointe-Saint-Charles
  2. Plateau-Mont-Royal
  3. Hochelaga-Maisonneuve
  4. Saint-Henri
  5. Ville-Marie

Les cinq quartiers les plus défavorisés socialement et matériellement

  1. Pointe-Saint-Charles
  2. Hochelaga-Maisonneuve
  3. Montréal-Nord
  4. Saint-Henri
  5. Rosemont–La Petite-Patrie

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.