National

Retrouvé presque mort à Saint-Bernard-de-Lacolle: un réfugié rencontre le policier qui l’a secouru

Photo: gracieuseté GRC

Mamadou Sanogo, un demandeur d’asile originaire de la Côte d’Ivoire qui a traversé la frontière canadienne à pied, a été retrouvé pratiquement mort près de la montée Guay, à Saint-Bernard-de-Lacolle, le 5 mars. C’est l’agent Bernard Vandal, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui l’a localisé. M. Sanogo a rencontré le gendarme Vandal, hier, pour le remercier.

Comme des milliers d’autres personnes depuis les derniers mois, M. Sanogo a dû entrer illégalement au Canada pour pouvoir demander le statut de réfugié. Si la majorité des demandeurs d’asile empruntent le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, il semble que M. Sanogo se soit perdu. Il aurait marché plusieurs heures avant d’être retrouvé, presque par hasard, par le gendarme Vandal.

Celui-ci s’est donc rendu au quartier général de la GRC à Westmount, pour remercier en personne celui qui lui est venu en aide. «M. Sanogo a tenu à rencontrer le gendarme qui lui a sauvé la vie, explique le caporal François Gagnon, porte-parole de la GRC. Il était très émotif et le gendarme Vandal éprouve une grande fierté.»

Découverte
«En patrouillant la frontière, le gendarme Vandal passait par-dessus le viaduc de la montée Guay lorsqu’il a remarqué une ombre près d’une clôture», explique M. Gagnon.

Cette ombre, c’était M. Sanogo. Il était désorienté et confus. Ses vêtements étaient complètement gelés. «Ses jambes étaient comme des blocs de glace, précise M. Gagnon. On pense qu’il est tombé dans l’eau.» Le gendarme Richer Dubuc, qui est décédé en devoir, le lendemain, dans un accident sur la route 202, à Saint-Bernard-de-Lacolle, lui a prodigué les premiers soins.

Il a été amené dans les bureaux de la GRC à l’Agence des services frontaliers du Canada de Saint-Bernard où il a été soigné. Les policiers ont dû découper ses vêtements et ses bottes pour pouvoir les lui retirer, tellement ils étaient gelés.

Aujourd’hui, M. Sanogo se porte bien et il est en attente du traitement de sa demande de statut de réfugié.

Articles récents du même sujet