National

Sit-in d’infirmières: le TAT entérine l’entente

Sit-in d’infirmières: le TAT entérine l’entente
Photo: Isabelle Bergeron | TC MediaUrgence de l'Hôpital Jean Talon

MONTRÉAL — Les problèmes de manque de personnel dans le réseau de la santé continuent de causer de la frustration — une frustration qui a entraîné un sit-in d’infirmières à Gatineau, ce qui a mené à une intervention du Tribunal administratif du travail.

Après trois séances de conciliation, les parties, soit le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais et le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais, affilié à la FIQ, ont finalement convenu d’une entente pour calmer la grogne.

Et le Tribunal administratif du travail a entériné cette entente, jeudi, et ordonné à toutes les parties de s’y conformer.

Des infirmières de l’Hôpital de Gatineau et de l’Hôpital de Hull avaient fait un sit-in, refusant d’exercer leurs fonctions habituelles. Elles voulaient ainsi dénoncer le défaut de l’employeur de pallier le manque de ressources dans certains départements.

Tant le CISSS de l’Outaouais que le syndicat avaient demandé au tribunal d’intervenir.

Finalement, en conciliation, les parties ont convenu de continuer les rencontres sur les questions des heures supplémentaires, des remplacements, du recrutement et de l’affichage des postes. L’employeur a dû reconnaître que le temps supplémentaire obligatoire était une mesure de dernier recours et le syndicat s’engager à ne pas encourager les sit-in.