National

Legault propose une hausse des droits de scolarité de 46%

Photo: Jacques Boissinot/La Presse canadienne

À moins de 48 heures du déclenchement plausible des élections, la Coalition Avenir Québec (CAQ) a annoncé qu’elle prônait une réduction de la hausse des droits de scolarité et la suspension de certains aspects de la Loi 78.

Le chef de la CAQ, François Legault, suggère donc une augmentation des droits de scolarité universitaires de 200$ par année pendant cinq ans à partir de janvier 2013, ainsi que l’abrogation des aspects de la Loi 78 touchant le droit de manifester.

En bout de ligne, la hausse totale proposée par la CAQ est de 46% (1000$), contre celle de 75% (1625$) initialement prévue par le Parti libéral du Québec (PLQ).

François Legault a profité de cette annonce pour critiquer le travail du gouvernement et de l’Opposition officielle. Il accuse Jean Charest de ne pas agir en chef d’état responsable et d’avoir laissé la situation (conflit étudiant) pourrir, afin que les scandales qui ont éclaté, notamment dans le milieu de la construction, soient relégués au second plan.

«Il faut être ferme, mais pas fermé. Lors des prochaines élections, les gens auront trois options. Une hausse exagérée de 75%, le gel des droits de scolarité, ou notre compromis. La question se règlera lors des élections», croit M. Legault.

Le chef de la CAQ appelle les cégépiens à rentrer en classe tel que prévu à la mi-août.  Il se dit d’ailleurs prêt à négocier une entente sans la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

«La CLASSE a indiqué dans son manifeste qu’elle veut la gratuité scolaire et nous, on ne pourra pas accepter ça. C’est possible d’en arriver à une entente avec seulement la FECQ (Fédération étudiante collégiale du Québec) et la FEUQ (Fédération étudiante universitaire du Québec)», croit l’ancien ministre de l’Éducation.

Pas de souveraineté pour la CAQ
Le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, a eu à répondre aux questions des journalistes concernant la position du parti par rapport à la souveraineté.

«La Coalition n’appuiera jamais la souveraineté, j’espère que c’est assez clair pour vous», a répondu M. Legault.

Récemment, l’ancien ministre péquiste s’est récemment fait accuser par Bernard Drainville, sur Twitter, d’avoir renié ses convictions.

Les étudiants de l’ETS contre la hausse
Par ailleurs, les membres de l’Association des étudiants de l’École de technologie supérieure ont voté à 69,8% contre la hausse des droits de scolarité proposée par le gouvernement libéral.

Ils ont également voté à 52,5 % en faveur d’une levée des cours d’un jour, défiant ainsi la nouvelle Loi 12 (projet de Loi 78).

Articles récents du même sujet