National

Colère et rage à la pompe

Colère et rage à la pompe
Photo: Archives métro

Au cours de la semaine dernière sur l’île de Montréal, le prix de l’essence à la pompe a atteint le niveau record de 1,53 $ le litre!

De très nombreux automobilistes ont alors exprimé rage, colère, frustration et, malheureusement, résignation. J’invite les automobilistes à ne pas tomber dans la résignation. Il est probable que nous aurons bientôt à transformer rage et colère en énergie positive pour la diriger résolument contre les pétrolières. Ces dernières font en effet de plus en plus de pression pour que le pétrole sale extrait des sables bitumineux soit acheminé par pipeline à Montréal pour y être raffiné. Elles s’en mettront ainsi plus dans les poches. Les automobilistes qui se font arnaquer à la pompe devraient garder cela en mémoire.

La hausse des prix de l’essence a des impacts non négligeables sur le budget des familles. Selon Karel Mayrand, de la Fondation David Suzuki au Québec : «Un résident de Longueuil qui travaille à Montréal devra débourser 1 820 $ par année pour nourrir sa voiture; il y a 10 ans, c’est 913 $ qu’il dépensait par an pour faire le plein. Une augmentation de 100 % en 10 ans.»

Mes collègues écologistes et moi-même estimons que le gouvernement du Québec a tout intérêt à investir rapidement et massivement dans le développement des transports collectifs afin de permettre à un plus grand nombre de Québécois de se déplacer autrement qu’en voiture solo. Les élus aideront ainsi les familles à ne pas s’endetter davantage. Nous sommes d’avis également que le nouveau gouvernement de Mme Marois doit mettre en œuvre les engagements pris : augmenter de beaucoup les investissements en transports collectifs dans les budgets d’infrastructures et aménager 300 km de voies réservées pour autobus dans la région métropolitaine.

Accroître l’offre de transports en commun est une solution de rechange attrayante et une bonne stratégie. En fait, une telle stratégie n’a que des avantages : économiques, environnementaux et sociaux. Mais il ne faudrait pas être naïf. Les pétrolières ne se laisseront pas tasser sans opposer une farouche résistance. Il est fort probable que nous ne pourrons pas éviter un affrontement direct avec ces dinosaures. Si tel doit être le cas, mieux vaut être préparé au maximum.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *