National

Élections 2018: le PLQ a déjà mis sur la table 546,5M$

Élections 2018: le PLQ a déjà mis sur la table 546,5M$
Photo by: THE CANADIAN PRESSQuebec Liberal Leader Philippe Couillard speaks to reporters Thursday, August 23, 2018 as he launches the provincial election in Quebec City. Couillard's wife Suzanne Pilote, left, stands by. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

SAGUENAY, Qc — En quatre jours, le Parti libéral (PLQ) a déjà pris des engagements qui totaliseront des déboursés près de 550M$ par an en fonds publics, s’il est réélu.

Jour après jour, Philippe Couillard ne cesse toutefois de marteler que ces «marges de manoeuvre» sont rendues possibles grâce à la saine gestion des finances publiques de son gouvernement.

Dès le lendemain du déclenchement des élections, vendredi, à Trois-Rivières, le chef libéral annonçait que son parti allait virer un chèque annuel de 150$ à 300$ par enfant à chaque famille, modulé selon le revenu du ménage. En outre, il promettait la bonification du régime québécois d’assurance parentale, ainsi que 2000 places subventionnées de plus en service de garde. À elles seules, ces mesures coûteraient 380M$ au Trésor.

Samedi, il s’engageait à ouvrir 25 supercliniques supplémentaires, en plus d’élargir les services de téléconsultation, de même que les services-conseils que pourraient prodiguer les pharmaciens. Le PLQ calculait une facture annuelle de 16,5 millions $ pour cet engagement.

Dimanche, les libéraux reprenaient l’offensive séduction. Cette fois, ils offraient d’élargir la couverture dentaire pour près de 1,2 million de personnes, soit aux enfants de 10 à 16 ans inclusivement, ainsi qu’aux aînés bénéficiaires du supplément de revenu garanti. Coût annuel de cette mesure: 150M$, une enveloppe qui pourrait être revue à la hausse.

Au total, donc, les libéraux ont déjà mis sur la table 546,5 millions $ sur la table pour courtiser les électeurs ou, comme le dit leur slogan, repris constamment par M. Couillard, «faciliter la vie des Québécois».

Encore une fois, dimanche, le premier ministre sortant a vanté les vertus de sa gestion des finances publiques, qui a permis le redressement de l’économie, selon ses explications, et qui permet maintenant ces généreux engagements.

«Dans cette campagne, on démontre qu’une bonne économie permet d’offrir une meilleure qualité de vie, a-t-il déclaré en conférence de presse à Saguenay. Seul le gouvernement de l’économie peut être aussi celui de la qualité de vie.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *