National

Qui sont les deux Canadiens arrêtés en Chine?

Qui sont les deux Canadiens arrêtés en Chine?
Photo: Métro

PÉKIN, Chine — Deux citoyens canadiens ont récemment été arrêtés en Chine après que le Canada eut arrêté une femme d’affaires chinoise recherchée par les États-Unis pour des allégations de pratiques bancaires trompeuses et de violation des sanctions contre l’Iran.

La Chine a confirmé jeudi que les deux hommes avaient été arrêtés lundi.

Mais qui sont ces deux hommes, un diplomate en congé travaillant pour un groupe de réflexion international, l’autre un entrepreneur et consultant en affaires?

Michael Kovrig
Originaire de Toronto et résidant à Hong Kong, M. Kovrig a récemment travaillé comme conseiller principal pour l’Asie du Nord-Est auprès de l’International Crisis Group, un groupe de réflexion basé à Bruxelles et spécialisé dans les affaires mondiales.

M. Kovrig a pris un congé non payé pour accepter ce poste il y a près de deux ans et n’a plus de passeport diplomatique, ni l’immunité que cela lui conférait. Il avait précédemment occupé divers postes en tant que diplomate canadien, notamment au consulat général à Hong Kong, où il a aidé à organiser une visite du premier ministre Justin Trudeau en 2016.

Premier secrétaire et vice-consul à l’ambassade du Canada à Pékin de 2014 à 2016, M. Kovrig parle chinois et il a sillonné la Chine pour mener des recherches sur le terrain sur la politique et les politiques gouvernementales et rencontrer des contacts, notamment des dissidents. Ce travail est courant parmi les diplomates et les journalistes étrangers en Chine, mais il est vu avec une profonde suspicion par le parti communiste au pouvoir en Chine, ce qui laisse penser que M. Kovrig pourrait être accusé d’espionnage.

On pense que M. Kovrig a environ 40 ans. Il a souvent commenté les affaires de la Chine pour la presse étrangère, notamment l’Associated Press.

Il est très débrouillard et c’est un «type très intelligent» qui connaît très bien la Chine, a déclaré au Toronto Star un ancien ambassadeur canadien en Chine, David Mulroney.

M. Kovrig a également travaillé pour le Programme de développement des Nations Unies après avoir obtenu ses diplômes de l’Université de Toronto et de l’Université Columbia.

Michael Spavor
M. Spavor, basé en Chine, est connu pour ses contacts avec de hauts responsables nord-coréens, dont le dictateur Kim Jong-un, avec qui il a été photographié en train de se serrer la main en riant.

Il a également joué un rôle clé dans la venue de Dennis Rodman, un ex-joueur de la NBA, en Corée du Nord en 2013, ce qui était considéré comme un pas important, bien qu’un peu bizarre, vers un contact plus étroit entre le monde extérieur et le jeune chef du régime communiste.

Le journal du Parti communiste chinois, le People’s Daily, a indiqué sur Twitter que M. Spavor était «soupçonné de se livrer à des activités portant atteinte à la sécurité nationale de la Chine (et) faisait actuellement l’objet d’une enquête par le bureau de la sécurité de la ville de Dandong» dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine. Le quotidien cite des reportages des médias locaux.

En 2015, M. Spavor a fondé Paektu Cultural Exchange, une organisation non gouvernementale qui œuvre pour faciliter les échanges sportifs, culturels, touristiques et commerciaux avec la Corée du Nord. Son énoncé de mission indique qu’elle vise à «promouvoir une paix, une amitié et une compréhension accrues».

Il s’agit de l’une des rares organisations à promouvoir les interactions avec la Corée du Nord à avoir parfois été critiquée pour ne pas avoir dénoncé les violations des droits de la personne commises par le régime. La page Facebook du groupe annonce un voyage de cinq jours en Corée du Nord pour le Nouvel An, y compris une visite à la zone démilitarisée et à un complexe thermal.

M. Spavor parle couramment coréen et compte 16 années d’expérience professionnelle en Asie de l’Est. Diplômé d’une université de sa ville natale de Calgary, M. Spavor a étudié les affaires nord-coréennes à l’Université nationale de Kangwon, en Corée du Sud, selon sa page Facebook.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *